lundi 23 avril 2018

A l'orée du verger


Je remercie Folio pour m'avoir fait parvenir ce roman à l'occasion du partenariat proposé par Livraddict

En 1838, la famille Goodenough s'installe sur les terres marécageuses du Black Swamp, dans l'Ohio. Chaque hiver, la fièvre vient orner d'une nouvelle croix le bout du verger qui fait péniblement vivre ses cultivateurs de pommes. Quinze ans et un drame plus tard, leur fils Robert part tenter sa chance dans l'Ouest et sa sœur Martha n'a qu'un rêve: traverser l'Amérique pour lui confier un lourd secret. 
Des coupe-gorge de New York au port grouillant de San Francisco, A l'orée du verger nous plonge dans l'histoire des pionniers et dans celle, méconnue, des arbres, de la culture des pommiers au commerce des arbres millénaires de Californie. 

Mon avis :

Sans surprise, j'ai beaucoup apprécié ce livre comme beaucoup des livres de Tracy Chevalier. Le début m'a fait un peu peur car comme pour beaucoup de ces livres, l'autrice commence assez lentement mais rapidement je me suis prise dans l'histoire.

Ce que j'ai beaucoup aimé dans ce roman c'est l'amour des arbres qui transparait durant tout le récit. C'est un livre qui donne envie de partir en Californie à la rencontre des arbres tout en mangeant des pommes (des reinettes dorées qui ont un goût d'ananas)! Les descriptions sont très détaillées sans être ennuyeuses car elles s'inscrivent très bien dans la narration. Elles sont emplies de détails mais aussi d'une certaine "douceur"/ respect, ce qui donnent envie d'en savoir beaucoup plus sur ces arbres. 

C'est aussi un récit qui donne envie de voyager à travers les grands espaces américains notamment en Californie (même si San Francisco n'est pas décrite sous son meilleur jour). Pendant quelques heures on s'évade aux Etats-Unis, sa nature et sa beauté et rien que pour cela, ce livre en vaut la chandelle!

J'ai aussi bien aimé ce livre pour le ton qui existe durant tout le récit. Les regrets, la mélancolie et les blessures de chaque personnage sont présents et ressentis par le lecteur. Cela rend l'histoire très émouvante et en refermant le livre, il m'a fallu un petit temps pour digérer le périple livresque que je venais de faire. 

Pour conclure, j'ai beaucoup aimé ma lecture du fait du voyage à travers la nature et la vie américaine mais également grâce aux émotions que l'autrice a réussit à faire transparaitre dans son récit.  

dimanche 8 avril 2018

L'Eveil


Aëlle, issue du milieu altermondialiste, se bat pour sauver l’Éducation Nationale, menacée de privatisation par l’État. Blessée lors d’une manifestation, elle va malgré tout travailler à la villa des Riveria, où elle rencontre Sloann, ce riche héritier. Ils se disputent aussitôt : vu son discours antigouvernemental, la jeune fille n’a-t-elle pas provoqué les Policiers ?
Ils n’ont rien en commun, excepté leur curiosité et leur ouverture d’esprit les poussant aux échanges vifs et argumentés.
Mode de vie, carcans sociétaux, écologie et blessures transmises par l’éducation… De discussions engagées en confidences, de querelles en réconciliations, les deux jeunes adultes apprennent à se connaitre. Au-delà de leur attirance mutuelle, leur monde intérieur vacille.

Mon avis:

J'ai été agréablement surprise par ce livre! J'avais envie de lire ce livre pour son côté "remise en question de notre société" mais j'avoue qu'il me faisait un peu peur étant très peu romance. Mais finalement ce livre m'a énormément plu! 

Au début j'avais un peu peur au vue de la première discussion entre Sloanne et Aëlle... je trouvais que ça faisait un peu superficiel. Mais très vite, cette première impression a été abandonnée parce que les discussions que peuvent avoir les deux adolescents sont extrêmement passionnantes! Ce sont des adolescents qui ont des convictions, qui s'intéressent à ce qui se passent autour d'eux et je trouve que c'est assez rare dans la littérature, de voir des jeunes qui ont une opinion sur une société. 

Ces discussions m'ont tellement plu que je suis restée accrochée à ce roman comme une abeille sur son pot de miel! J'avais juste envie de me replonger dans la lecture de ce livre et mon esprit avait du mal à se détacher de cette histoire. Le style d'écriture et la narration sont hyper bien maitrisées pour nous rendre accro! 

Après j'ai trouvé qu'il y a eu une petite baisse de rythme à un moment... le schéma narratif avait tendance à se répéter plusieurs fois ce qui a eu tendance à moins éveillé ma curiosité. D'un autre côté, cette répétition est plutôt nécessaire pour rendre le personnage de Sloanne plus crédible donc cela ne m'a pas tellement dérangé. 

Concernant les personnages, je les ai beaucoup apprécié pour leur côté vulnérabilité, ce qui les rend attachant. Mais j'ai été un peu déçu quand même. En effet, Sloanne et Aëlle viennent chacun d'un milieu "extrême" : le bourgeois dans son monde de luxe et de vices et l'écologiste de gauche très engagée et très nature. Je comprends le besoin de créer un contraste pour permettre de créer un réel impact concernant les arguments présentés dans ce livre mais finalement lorsqu'on se trouve "au milieu" on a du mal à s'identifier. Je m'explique. Dans mon cas, je suis pratiquement d'accord avec Aëlle mais d'un autre côté j'ai aussi des habitudes qu'a Sloanne. Et  j'ai donc eu l'impression que ces idées contraires excluent la personne qui se situe un peu au milieu, tiraillée entre les convictions de l'une et les habitudes de l'autre. Mais j'avoue, je chipote. 

De plus, j'ai beaucoup aimé voir l'évolution des relations entre Sloanne et Aëlle, pas toujours faciles mais très touchantes et réelles. J'ai vraiment eu l'impression d'une relation qui n'avait rien de superficiel mais au contraire elle semblait authentique. L'autrice a réussi à nous transmettre de très belles émotions et j'ai beaucoup apprécié cela.

Pour finir, je l'ai déjà dit ici et là mais j'ai été intéressé par les débats et les découvertes qu'on retrouve dans ce livre. J'ai beaucoup aimé le côté préservation de la planète, le fait que notre société n'est pas utopique, etc. Après je ne suis pas tout à fait d'accord au niveau du "degré" des arguments (je suis plus modérée je pense) mais je suis tout à fait d'accord! Je pense que c'est un livre qui permet de réfléchir sur comment les gros sous prennent le pas sur notre bien-être et que finalement, pour s'enrichir, on est prêt à avoir des comportements "inhumains". C'est bien sûr plus complexe que ça. 

Petite note "Huile de Palme"
Cela ne concerne peut-être qu'une ou deux lignes du roman mais j'ai adoré voir la problématique "huile de palme" abordée dans ce livre! Alors j'en profite pour donner mon grain de sel parce que je ne m'en lasse jamais et que mes amies commencent à en avoir marre je crois. En effet cela fait un an que j'ai décidé de bannir l'huile de palme complètement de mon alimentation et je vous assure que cela n'est pas évident! Notre alimentation est pleine d'huile de palme, car c'est une huile qui coûte peu chère (on en retrouve dans les biscuits, les pâtes à tartiner, les céréales, les glaces, etc.). Mais il faut savoir que l'huile de palme est très mauvaise pour notre santé car augmente le risque d'apparition de maladies cardio-vasculaires et de plus elle est responsable de la déforestation. Et déforestation cela veut dire destruction massive des arbres mais aussi de la faune présente dans les forêts. Depuis que j'ai vu des images d’orangs-outans brûlés vifs, j'ai pris ma décision (il faut savoir que depuis 2010, 100.000 orangs-outans ont été tués... pour de la pâte à tartiner c'est quand même triste...)

Pour conclure, j'ai beaucoup aimé ce livre pour les discussions qu'ont pu avoir les deux personnages ainsi que pour les personnages vulnérables qui essaient de se construire dans un monde difficile. Mais j'aurais aimé pouvoir m'identifier un peu plus.