samedi 10 juin 2017

La guerre n'a pas un visage de femme


La Seconde Guerre mondiale ne cessera jamais de se révéler dans toute son horreur. Derrière les faits d'armes, les atrocités du champ de bataille et les crimes monstrueux perpétrés à l'encontre des civils, se cache une autre réalité. Celle de milliers de femmes russes envoyées au front pour combattre l'ennemi nazi. Svetlana Alexievitch a consacré sept années de sa vie à recueillir des témoignages de femmes dont beaucoup étaient à l'époque à peine sorties de l'enfance. Après les premiers sentiments d'exaltation, on assiste, ou fil des récits, à un changement de ton radical, lorsque arrive l'épreuve fatidique du combat, accompagnée de son lot d'interrogations, de déchirements et de souffrances. Délaissant le silence dans lequel nombre d'entre elles ont trouvé refuge, ces femmes osent enfin formuler la guerre telle qu'elles l'ont vécue. Un recueil bouleversant des témoignages poignants.

Mon avis:

Comme je m'y attendais, vu le sujet, ce fut pour moi une énorme claque littéraire que je me suis prise. J'ai été plongée dans un récit assez particulier car l'auteur entrecoupait les témoignages recueillies par des passages où elle parlait de son travail d'auteur et comment elle avait rassemblé toutes ses voix de femmes. J'ai trouvé ça extrêmement intéressant parce que l'auteur n'a pas mis des textes tels quels mais finalement les a replacé dans un contexte. On retrouve des détails, des anecdotes sur la façon dont elle les a recueillie et finalement c'était aussi quelque chose d'important et qui mettait en lumière le devenir de ces femmes après la guerre.

Ce qui est exceptionnel dans ce roman c'est que Svetlana Alexievitch donne la parole aux femmes. Elle veut entendre ce que les femmes soldats ont à raconter. On voit ce qu'elles ont traversées grâce à leur parole et cela donne un point de vue complètement différent des récits qu'on a l'habitude d'entendre, qui sont généralement ceux des hommes. En effet, à cause d'idéaux arbitraires transmis par la culture, on s'attend plus à ce qu'une femme se confie, parle ce ce qu'elle a vécu avec émotion et cela a été retrouvé dans ce livre.

Ainsi, j'ai trouvé cette histoire vraiment très poignante! J'ai été très vite submergée par les émotions et j'ai du faire des pauses assez souvent parce que c'est un livre tellement intense! Chaque témoignage, chaque page est rempli de faits qui m'ont bouleversée. J'ai été frappée par le comportement et la pensée de ces femmes.


Partie un peu spoil mais qui n'est pas le cœur du roman (et qui est d'ailleurs un peu décrit dans le synopsis...)
En effet, je n'aurais jamais imaginé qu'elles puissent s'être engagées volontairement à 16-20 ans pour aller faire la guerre au front! Pour moi c'était fou même si elles racontent qu'à l'époque on vivait avec d'autres idées, notamment celle qu'il fallait servir la Patrie, plus importante même que la vie.


Ce que j'ai beaucoup aimé également dans ce roman, c'est que l'auteur a recueillie le témoignage de tellement de femmes! On se retrouve avec un panel impressionnant de voix qui racontent chacune à leur manière leur vécu de la guerre. On retrouve des boulangères, des simples soldates, des chirurgiennes, des mécaniciennes, des résistantes, des aviatrices, des brancardières et encore tellement d'autres professions! Personne n'a été oublié et chacune de ces femmes a pu donner voix au livre, ce qui est magnifique.

Si ce roman est aussi marquant, c'est qu'il est cru, il n'est pas enrobé dans de la fiction. L'auteur a mis les récits de ces femmes tel quel: c'est la parole de ces femmes. Il n'y a pas de transformations faites sur ce qui a été raconté (en dehors des extraits enlevés, coupés, etc.). Je trouve que c'est impressionnant parce qu'en tant que lecteur nous ne sommes pas protégés par une sensation d'irréel, non, nous sommes plongés dans l'horreur de cette guerre qui a enflammée le monde entier. On ne peut pas se cacher derrière de la fiction: il s'agit de la vérité selon ces femmes, c'est ce qu'elles ont vécues, ce qu'elles ont intégrées de la guerre.

Ce qui m'a aussi marquée c'est la pensée présente à l'époque en URSS. En effet, les femmes de ce live disent à plusieurs reprises qu'à l'époque on ne pensait pas de la même façon. Et cela se traduit assez bien dans leur façon de raconter. Je trouve qu'il y a une glorification du Parti, on ne retrouve pas de commentaires sur les conditions de vie, notamment lorsqu'elles racontent rapidement leur vie avant la guerre. On ne sait rien de cela dans ce livre à part lors d'un tout petit passage dans un témoignage! On sait pourtant que la vie en URSS n'était pas idéale et que la population vivait dans une précarité assez importante. C'est drôle de voir que même des dizaines d'années plus tard, elles n'en parlent toujours pas.

Le seul petit point négatif de ce livre finalement pour moi c'est que j'aurais bien voulu avoir un peu plus de détails sur ce qu'était l'après-guerre pour ces femmes. On a parfois quelques allusions mais celles-ci restent très succinctes et c'est dommage parce qu'on sent que l'après-guerre n'a pas été une époque facile mais on n'en sait pas forcément plus.

Pour conclure, j'ai adoré ce livre qui nous plonge tout droit dans l'enfer de la guerre à travers la parole de femmes qui ont été au front. C'est un livre cru, dur mais tellement essentiel car il met en lumière une des époques les plus sombres de l'humanité.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire