mardi 13 juin 2017

Charlie et la chocolaterie



Le métier de visseur de capuchons de tubes de dentifrice ne permettait pas à Mr Bucket de subvenir aux besoins de sa nombreuse famille: Mrs Bucket son épouse, grand-maman Joséphine et grand-papa Joe, grand-papa Georges et grand-maman Georgina. Sans oublier son fils Charlie dont le rêve le plus fou était de manger du chocolat! Aussi, quelle ne fut pas l'émotion du jeune garçon en apprenant que Willy Wonka invitait cinq enfants à visiter sa merveilleuse chocolaterie, la plus célèbre du monde entier. Les cinq enfants qui découvriraient un ticket d'or caché dans cinq bâtons de chocolat...

Mon avis:

Charlie et la chocolaterie est un livre que j'adore parce qu'il fait rêver tous les gourmands qui existent sur terre et dont je fais partie! C'est un univers fantastique où se mêle gourmandise, magie et créativité farfelue. On se retrouve dans le monde merveilleux de la confiserie mais avec une pointe de folie, ce qui rend ce livre délicieux. Les descriptions courtes certes ne nous empêchent pas de plonger tête la première dans ce monde chocolat, de sucre et de couleurs. C'est un livre qu'il vaut mieux déguster avec un carreau de chocolat à porter de main.
Mais encore une fois, Roald Dahl ce démarque par son sens de la critique mordante et acide si bien que très vite ce monde enchantée se transforme un peu comme un jardin d'Eden où il faut faire attention à ne pas se laisser tenter par les vices qui se cachent derrière cet enrobage de sucre...

En effet, dans ce livre, tout n'est pas douceur et sucreries. L'univers doux et merveilleux de la chocolaterie va faire ressortir encore plus le ton cynique de l'histoire. L'aspect parfait de l'univers montre avec encore plus de détails et de lumière les défauts des personnages qui se retrouvent plongés en son cœur.

Encore une fois, ce que j'adore dans l’œuvre de Roald Dahl c'est le fait que derrière une petite histoire amusante et innocente pour enfants, il arrive à dépeindre des critiques virulentes et qui remettent sérieusement en question notre société. En effet, dans ce roman, les enfants sont loin d'être parfait et chacun représente un fléau de notre société, dont les coupables sont, pour l'auteur, les parents. Ainsi, derrière ce monde farfelu rempli de cacao, on retrouve une énorme critique vis à vis de l'éducation des chers petits chérubins qui ne sont pas si anges qu'ils n'y paraissent.
Il montre également que l'argent n'est pas l'excuse d'une mauvais éducation. Ce n'est pas l'argent qui éduque les enfants mais leurs parents. Et il vaut mieux inculquer aux enfants de bonnes valeurs que de subvenir à tous leurs caprices même si malheureusement sa vision est assez utopique.
Ainsi, l'auteur présente une énorme critique des parents présentés sous un très mauvais jour. J'ai d'ailleurs été parfois choqué par la réaction de certains!

Ce qui m'a aussi choquée et cela me rend très perplexe, c'est le portrait fait des Oompa-Loompa, qui sont présentés de façon assez raciste selon moi. Il est vrai que ce livre a été écrit en 1964 mais quand même! Je ne sais pas trop quoi penser de tout cela. En effet, je me demande si l'auteur a voulu faire une critique sur l'inégalité blancs/noirs ou si il pensait que ce qu'il a marqué n'est pas choquant.

Pour conclure, j'ai adoré le détonant mélange qu'a fait Roald Dahl entre l'univers paradisiaque qu'il a créé et la critique sociétale qu'il place dans cet univers.

2 commentaires:

  1. Il y a quelques temps de ça j'avais lu un article l'accusant de racisme et c'est vrai que les descriptions des Oompas Loompas sont plutôt racistes je trouve aussi. Pas dans le film de Burton cela dit, mais en même temps...
    Merci en tous cas pour ton billet, je file voir le deuxième !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Après le film de Time Burton n'est pas très vieux et à notre époque on ne peut pas écrire ou raconter dans un film ce genre de choses!

      Supprimer