vendredi 14 avril 2017

Dossier 64


A la fin des années 80, quatre personnes disparaissent mystérieusement en l'espace de quelques jours. Jamais élucidée, l'affaire se retrouve sur le bureau du Département V. Carl Morck et ses improbables assistants, le réfugié syrien Assad et la pétillante Rose, ne tardent pas à remonter jusqu'aux années 50 où s'ouvre un sombre chapitre de l'histoire danoise : sur la petite île de Sprögo, des femmes sont internées et stérilisées de force sous la direction du docteur Curt Wad, obsédé par l'idée d'un peuple " pur ".
Plongé dans une terrible histoire de vengeance, Mørck enquête cette fois dans le milieu politique opaque d'une société danoise où l'influence des extrêmes se fait sentir. Jussi Adler-Olsen se surpasse en entremêlant passé et présent d'une main de maître, sans renoncer à son humour plus acéré que jamais.

Mon avis:

Dans l'ensemble j'ai bien apprécié ce roman policier. Le style de l'auteur m'a bien plu, je l'ai trouvé assez haletant malgré quelques longueurs et j'ai eu du mal à le laisser tranquille avant de le finir. On est dans un récit à plusieurs voix et ça dynamise un peu le récit.

J'ai aussi beaucoup aimé le contexte de l'enquête. Le récit est truffé de questions d'éthique sur le progrès de la médecine et d'idéologie. Je ne vais pas développer plus le sujet au risque de spoiler une part de l'intrigue. Mais cela m'a beaucoup intéressé, surtout que le récit est basé sur des faits réels qui se sont vraiment passés au Danemark.

J'ai beaucoup aimé les personnages qui forment le département V, surtout Assad et Rose, qui sont assez étranges mais très attachants! Ils ont un côté un peu décalé et assez mystérieux: on a vraiment envie de savoir beaucoup plus sur eux et on ronge un peu son frein parce qu'on a l'impression de ne pas assez parler d'eux!
Par contre, un des personnages m'a un peu fait sourciller. Il a des idées assez arrêtés sur certains sujets et a des arguments assez choquants mais sa vie personnelle ne correspond pas à ce qu'il peut dire et j'avoue que ce genre de personnes a tendance à m'énerver.

La fin est plus ou moins surprenante. La façon dont le récit se déroule, on a l'impression que c'est une narration sur des rails avec peu de possibilités de changement et finalement c'est ce qui se passe même si on se doute que tout n'allait pas aller de soi.

Pour conclure, j'ai bien aimé ce roman notamment par le contexte historique dans lequel s'inscrit l'enquête. Mais quelques longueurs ont un peu ralenti ma lecture. 

2 commentaires:

  1. Je n'ai jamais lu Adler-Olsen, mais j'en entends toujours du bien et je pense que les longueurs ne sont pas le pire dans un livre... Tu m'as donné très envie de lire celui-ci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si les longueurs ne te dérange pas, lance-toi dans la saga! :) mais on a en fond de plan une vieille histoire qui parcourt les différents tomes et celui-ci est le 4ème tome (même si cela ne dérange pas le déroulement de l'enquête)

      Supprimer