lundi 2 janvier 2017

Baguettes chinoises


Les filles comptent tellement pour des prunes en Chine que certaines familles leur donnent des chiffres pour prénoms. Trois, Cinq et Six sont sœurs et décident de renverser leur bien triste sort en partant pour Nankin, mégalopole tentaculaire et moderne. Arriveront-elles à modifier la vision du monde de leur père ? Troisième roman de Xinran qui se place dans la filiation de Pearl Buck, et nous emporte dans une Chine surprenante grâce à une écriture empreinte de simplicité et de vivacité.

Mon avis:

Dans l'ensemble j'ai bien aimé cette lecture qui est très intéressant à mon avis. On suit le destin de trois campagnardes dans la ville de Nankin, dans la Chine des années 1980 - 1990, cette époque où les filles étaient encore bien inutiles d'après la culture chinoise (en tout cas, c'est comme ça que je l'ai compris en lisant le livre). C'est donc un livre sur la condition féminine en Chine et j'ai trouvé ça assez attrayant. Ces trois filles vont se battre pour survivre et elles vont découvrir une nouvelle vie citadine, largement différente de celle qu'elles ont vécu jusqu'à maintenant à la campagne.

Ce qui m'a beaucoup marqué est cette opposition qu'il existe entre le monde campagnard, représenté par une fratrie énorme composée uniquement de filles et le monde citadin où la loi de l'enfant unique est appliquée. On remarque que même s'ils habitent le même pays, non loin des uns et des autres, ce sont deux mondes complètement différents dont les préoccupations et les valeurs sont loin d'être les mêmes.

Mais, sans vouloir être pessimiste, la fin de cet ouvrage m'a paru irréaliste car trop optimiste à mon goût (promis je n'en dirais pas plus). Je ne sais pas si le but de l'auteur était d'insuffler un peu d'espoir mais moi ça m'a un peu gâché cette lecture pourtant très agréable car je suis presque sûre que dans la vie ordinaire, la fin n'aurait pas été comme ça.

Pour conclure, j'ai beaucoup aimé ce livre pour la culture chinoise de la fin du 20ème siècle et par les inégalités marquantes qu'il y avait à cette époque entre les villes et les campagnes mais son côté un peu trop optimiste à mon goût m'a posé un peu problème. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire