lundi 12 septembre 2016

Le prisonnier du Ciel


Barcelone, Noël 1957. A la librairie Sempere, un inquiétant personnage achète un exemplaire du Comte de Monte Cristo. Puis il l'offre à Fermin, accompagné d'une menaçante dédicace. La vie de Fermin vole alors en éclats. Qui est cet inconnu? De quels abîmes du passé surgit-il? Interrogé par Daniel, Fermin révèle ce qu'il a toujours caché.
La terrible prison de Montjuïc en 1939. Une poignée d'homme condamnés à mourir lentement dans cette antichambre de l'enfer. Parmi eux Fermin et David Martin, l'auteur de La ville des Maudits. Une évasion prodigieuse et un objet volé...
Dix-huit ans plus tard, quelqu'un crie vengeance. Des mensonges enfouis refont surface, des ombres oubliées se mettent en mouvement, la peur et la haine rôdent.

Mon avis:

Ce fut un réel plaisir de retrouver l'atmosphère intrigante de Barcelone. Carlos Ruiz Zafon arrive à nous entrainer dans les recoins sombres et mystérieux de cette ville. Cette atmosphère envoûtante et dangereuse m'a totalement hypnotisé.

De plus, le passé rattrape le présent et le centre de ce livre est finalement une quête du passé. J'adore ça! Fermin raconte son mystérieux passé, aussi fantastique et irréel que les autres histoires de la trilogie! Cette histoire est très noire mais l'auteur ne nous pousse pas dans l'horreur. Cela rend la narration très intéressante et très addictive.

Ce que j'ai le plus aimé je crois c'est que ce dernier tome donne un autre éclairage aux autres tomes de la trilogie. L'histoire est racontée par d'autres personnes et donc on trouve d'autres points de vue, qui permettent de mieux comprendre finalement l'histoire.

Pour conclure, cette histoire n'est pas ma préférée de Carlos Ruiz Zafon mais j'ai adoré me replonger dans l'univers sombre et fantastique de Barcelone.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire