mardi 26 juillet 2016

La touche étoile


Ni Dieu ni diable, Moïra, dans la mythologie grecque, représente la destinée. Elle s'attache à faire advenir l'improbable chez ses protégés en brouillant les cartes quand elle les juge mal distribuées.
Ainsi Marion, qui s'est mariée en espérant former un couple moderne, découvrira qu'on souffre comme au temps de Racine, même si on a signé le contrat de Sartre et de Beauvoir.
Mais Moïra lui fera vivre, en marge, une liaison passionnée avec un Irlandais un peu fou, un peu poète. Sa mère Alice, quatre-vingts ans, journaliste féministe de choc, s'est juré de ne pas se laisser déborder par la vieillesse. Un défi osé que Moïra l'aidera à relever avec panache.

Mon avis:

Le début ne m'a pas du tout plu! Je n'ai pas vraiment retenu ce qui a été dit et j'ai trouvé le style très difficile à lire! C'est assez rebutant mais dommage puisqu'ensuite cela va beaucoup mieux.
Après le premier chapitre, le récit devient plus clair et plus agréable. J'ai trouvé certains passages même très hilarants!
"Je vais m'ennuyer comme un rat mort sans toi, ma chérie!", "Tu n'as qu'à être un rat vivant!" m'a-t-elle répondu (La touche étoile, B. Groult)
 L'auteure aborde surtout trois sujets principaux qui se croisent grâce à plusieurs personnages de plusieurs générations d'une même famille. Ces trois sujets sont le mariage, la féminité/le féminisme, et la vieillesse.
Elle arrive à nous amener à réfléchir à ce que signifie tout ces sujets: qu'est-ce que vieillir? le mariage libre est-il possible?... Et j'ai beaucoup apprécié ces réflexions teintées d'humour.

Pour conclure, le début est assez long et difficile mais ensuite, je me suis beaucoup amusée à lire cet ouvrage.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire