vendredi 23 décembre 2016

Sur ma mère


La mémoire défaillante de ma mère l'a replongée, pendant les derniers mois de sa vie, dans son enfance. Redevenue soudain une petite fille, puis une très jeune fille tôt mariée, elle s'est mise à me parler, à se confier, convoquant les morts et les vivants.
Sur ma mère a été écrit à partir des fragments de souvenirs qu'elle m'a livrés. Ils m'ont permis de reconstituer sa vie dans la vieille médina de Fès des années trente et quarante, d'imaginer ses moments de joie, de deviner ses frustrations. Chaque fois, j'ai inventé ses émotions et j'ai dû lire ou plutôt traduire ses silences.
Sur ma mère est un vrai roman car il est le récit d'une vie dont je ne connaissais rien, ou presque.

Mon avis:

Je ne m'attendais pas du tout à lire un livre sur la démence, plus précisément Alzheimer, lorsque je l'ai emprunté mais ce fut pour moi une agréable surprise. Pour une fois, cette maladie est abordée de façon simple et on ne nous donne pas des avis d'experts dramatiques. L'auteur a très su bien décrire le cas de sa mère mais sans en mettre des tonnes. C'est simple et sans fioritures et cela rend l'histoire émouvante.

Ce que j'ai aussi adoré c'est ce voyage dans la culture marocaine. Ce n'est pas une culture que je connais beaucoup et je ne lis pas beaucoup de livres nord-africains et donc ce fut pour moi un véritable dépaysement. L'auteur, en décrivant des actes de la vie quotidienne, réussit à nous transposer dans cette culture et nous initie aux habitudes et rituels des marocains. De plus, l'histoire est en fait un entremêlement de récits actuels et de souvenirs que la mère peut raconter et donc, même si on s'y perd de temps en temps, on a l'impression de vivre au Maroc et de voir évoluer ce pays à travers les yeux des narrateurs.

Pour conclure, cette lecture fut pour moi émouvante grâce à sa simplicité mais ce fut aussi un merveilleux voyage aussi bien au Maroc que dans les souvenirs de cette dame touchante.

La femme en vert


Dans une banlieue de Reykjavik, au cours d'une fête d'anniversaire, un bébé mâchouille un objet qui se révèle être un os humain.
Le commissaire Erlendur et son équipe arrivent et découvrent sur un chantier un squelette enterré là, soixante ans auparavant. Cette même nuit, Eva, la fille d'Erlendur, appelle son père au secours sans avoir le temps de lui dire où elle est. Il la retrouve à grand-peine dans le coma et enceinte. Erlendur va tous les jours à l'hôpital rendre visite à sa fille inconsciente et, sur les conseils du médecin, lui parle, il lui raconte son enfance de petit paysan et la raison de son horreur des disparitions.
L'enquête nous est livrée en pointillé dans un magnifique récit, violent et émouvant, qui met en scène, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, une femme et ses deux enfants. Une femme victime d'un mari cruel qui la bat, menace ses enfants et la pousse à bout.

Mon avis:

Encore une fois, Arnaldur Indridason a su écrire une superbe histoire policière! J'aime beaucoup sa façon de partir de deux histoires pour réussir ensuite à les rejoindre sans accroches, sans forçage. Au début, on se demande toujours qu'est-ce qui lie l'histoire racontée et l'enquête mené par Erlendur et petit à petit, les pièces du puzzle commencent à s'assembler sous nos yeux mais l'image reste relativement flou pour qu'on soit encore dans le mystère et le suspens.

Mais, très vite, grâce à cette double narration, j'ai su qui était le mystérieux cadavre et j'avais même une longueur d'avance sur les policiers. C'est un peu frustrant de finalement connaître plus de détails que les enquêteurs sur l'histoire de ce squelette même si l'auteur sait très bien nous tenir en haleine jusqu'à la fin. En effet, la fin m'a plus que surprise et était quelque chose de complètement imprévisible pour moi mais ce n'est pas non plus tiré par les cheveux.

J'ai aussi beaucoup aimé cette histoire de violences conjugales. Ce n'est pas une partie de plaisir mais j'ai trouvé que l'auteur a su très bien décrire l'horreur et les émotions qu'on peut avoir selon sa position dans la sphère familiale (victime, témoin, bourreau). C'est assez fascinant même si j'ai trouvé les scènes horribles.

Un autre aspect que j'ai beaucoup aimé c'est la partie qui concerne Erlendur, l'inspecteur de police. J'ai trouvé que son histoire personnelle est assez touchante et elle permet de mieux cerner le personnage et de comprendre un peu mieux sa personnalité qui est un peu boudeuse et solitaire je trouve.

Pour conclure, encore une fois, j'ai adoré cette enquête d'Erlendur même si j'ai su deviné des petites choses avant la fin.

mercredi 21 décembre 2016

Tendres Plaintes


Blessée par l'infidélité de son mari, Ruriko décide de disparaître. Elle quitte Tokyo et se réfugie dans un chalet en pleine forêt où elle tente de retrouver sa sérénité. Ruriko est calligraphe. Non loin, dans un autre chalet, s'est installé Nitta, un ancien pianiste de renom devenu facteur de clavecins, un homme habité par un calme particulier qui semble absorber les sons des instruments qu'il fabrique. Bien qu'assisté chaque jour dans son ouvrage minutieux par une jeune femme prénommée Kaoru, il vit seul avec un vieux chien aveugle et sourd. Invitée en ces lieux par Kaoru, la calligraphe observe et s'interroge sur la relation du facteur et de son aide. Ainsi elle apprend que Nitta ne peut plus jouer en présence d'autrui, que seule persiste en lui la capacité de vivre avec des sons invisibles. Mais, un matin, la calligraphe surprend Nitta installé au clavecin jouant "Les Tendres Plaintes" pour Kaoru.

Mon avis:

Les tendres plaintes est un livre que je souhaitais lire de puis un certain temps, surtout après avoir lu Le petit joueur d'échecs du même auteur. J'aime beaucoup la plume de cet auteur qui est très poétique et sensible je trouve. La musique, la nature, les actes de la vie quotidienne sont emplis d'une certaine sérénité qui est très agréable je trouve.

J'ai bien aimé cette lecture par son côté apaisant. L'auteur décrit des actes de la vie de tous les jours (rupture, tromperie, travail, etc.) mais d'une façon banale et simple. Ce n'est pas une critique au contraire: elle parle de ces choses sans en rajouter des caisses et sans axer le récit sur une dramatisation de la situation.

Mais malheureusement, j'ai été un peu déçue parce que même si c'était une lecture qui apaise, elle n'a pas fait écho en moi et je n'ai pas été émue. La plume est belle et pleine d'émotions mais je ne l'ai pas ressenti. C'est dommage qu'il n'y ait pas eu ce partage d'émotions.

Pour conclure, j'ai trouvé cette lecture calmante et pleine de simplicité mais je n'ai pas été assez touchée et émue pour que cela soit un coup de cœur.

Plume fantôme


Nègre littéraire, Jenni écrit les autobiographies de ses clients, satisfaite par ce travail de l'ombre qui l'empêche de se confronter à ses propres blessures. Lorsqu'elle rencontre Klara, survivante d'un camp d'internement à Java durant la Seconde Guerre mondiale, l'écriture de ses mémoires prend l'allure d'un échange, et les deux femmes s'aident mutuellement à trouver l'apaisement.

Mon avis:

C'est pour moi une lecture partagée entre deux sentiments contradictoires. J'ai surtout beaucoup aimé l'histoire qui se passe pendant la Seconde Guerre Mondiale. C'était assez intéressant d'avoir un "témoignage" de cette époque, surtout qu'il ne s'agissait pas d'une histoire se passant en Europe comme la plupart des histoires se passant à cette époque. Pour une fois, on parle des japonais et de leurs camps d'internement.

Mais malheureusement, la plume de l'auteur ne m'a pas forcément plu. J'ai trouvé que c'était une lecture assez légère malgré l'histoire racontée. On aborde l'histoire des camps d'internement d'une telle façon que ça n'a pas l'air si "dramatique" que ça. On raconte des choses en les faisant passer pour des évènement horribles mais en lisant ce livre j'avais l'impression que les évènements sombres étaient malgré tout pas abordés.

De plus, je trouve qu'on retrouve des clichés dans la vie des protagonistes. En effet, leurs actions et leurs sentiments sont assez prévisibles. Beaucoup des actions étaient facilement devinables et attendus. Je n'ai pas eu de grande surprise pendant cette lecture, ce qui est dommage.

Pour conclure, j'ai trouvé le sujet intéressant mais j'aurais aimé un développement qui semble plus réel et moins sentimental.

mardi 20 décembre 2016

La cuisinière


Immigrée irlandaise courageuse et obstinée arrivée seule à New York à la fin du XIXe siècle, Mary Mallon travaille comme lingère avant de se découvrir un talent caché pour la cuisine. Malheureusement, dans toutes les maisons bourgeoises où elle est employée, les gens contractent la typhoïde, et certains en meurent. Mary, de son côté, ne présente aucun symptôme de la maladie. Au contraire, sa robustesse est presque indécente. Des médecins finissent par s'intéresser à son cas, mais la cuisinière déteste qu'on l'observe comme une bête curieuse et refuse de coopérer. Pourquoi la traite-t-on comme une malade alors qu'elle est en parfaite santé ? Les autorités sanitaires, qui la considèrent comme dangereuse décident de l'envoyer en quarantaine sur une île au large de Manhattan. Commence alors pour Mary Mallon, femme indépendante, un combat à armes inégales pour sa liberté...

Mon avis:

J'ai été très surprise d'apprendre que cette histoire est inspirée d'une histoire vraie, celle de Mary Typhoïde, premier cas recensé de porteuse saine de la typhoïde. J'ai trouvé que ce fond historique était très intéressant et j'ai pu remarqué que l'auteur respectait bien les faits qui nous sont rapportés aujourd'hui.

J'ai aussi trouvé que l'histoire était très émouvante. On arrivait bien à comprendre ce que le personnage principal et les autres pouvaient ressentir et cela rendait la lecture vivante.
Grâce à cela, on était néanmoins pris dans un dilemme assez désagréable mais très intéressant concernant le sort de Mary Mallon. D'un côté, on comprend les raisons des autorités sanitaires car Mary représente un danger mais on comprend aussi que celle-ci ne souhaite pas mise en quarantaine alors qu'elle n'est même pas malade! Tout cela nous pousse à réfléchir sur le dilemme liberté individuel et protection de la population.

Mais malheureusement, j'ai trouvé que l'histoire trainait un peu en longueur et il m'arrivait de m'ennuyer dans certains passages car ils ne se passaient pas grand chose de nouveau à mon avis. C'est dommage parce que je suis sûre que j'aurais beaucoup plus apprécié cette œuvre si elle avait été abrégé de quelques pages.

Pour conclure, j'ai beaucoup aimé ce roman basé sur des faits historiques vrais mais j'ai trouvé que l'histoire était un peu longue.

Les amis du crime parfait


Le club des Amis du crime parfait réunit périodiquement, dans un café madrilène, un groupe hétéroclite d'amateurs de romans policiers. A son programme, des discussions animées sur les grandes figures du genre et, surtout, l'élaboration collective d'un chef-d’œuvre, la mise au point d'un crime parfait. Chaque " ami " est désigné par le nom de son héros fétiche : Poe, Maigret, Nero Wolfe, Perry Mason, ou encore Sam Spade, le narrateur, de son vrai nom Paco Cortés. Dans cette Espagne de la fin des années 1980, la démocratie est encore fragile et l'actualité offre de la matière à la littérature noire, à commencer par le coup d’État du 23 février 1981. C'est dans ce contexte que le beau-père de Paco, alias Sam, est assassiné. Il ne reste plus qu'à mener l'enquête sur les raisons de la mort de ce sulfureux personnage.

Mon avis:

Premièrement j'ai trouvé que ce livre était extrêmement compliqué à suivre à cause des multiples noms. Déjà qu'on pas mal de personnages différents, il a fallu que l'auteur donne des surnoms à certains d'entre eux, ce qui a achevé de me perdre.

De plus, j'ai trouvé le début long, très long. Finalement le meurtre arrive très tard dans le récit et toute une première partie ne me semble pas forcément pertinente. On a l'impression de trépigner avant l'arrivée de l'affaire à proprement parler. On attend que le meurtre se produise et on ne le voit pas arriver, c'est assez frustrant.
De plus, comme le meurtre arrive tardivement, la résolution du problème est vachement rapide à mon goût même si les raisons qui ont poussé le meurtrier à ce crime sont assez intéressantes.

Mais par contre, j'ai beaucoup aimé l'aspect historique de cette histoire. On est plongé dans une Espagne encore instable après la dictature de Franco avec des coups d'état et l'histoire refait sans cesse surface dans la vie de protagoniste. C'est assez intéressant je trouve. 

Pour conclure, je n'ai que moyennement apprécié cette lecture, car très déçue par le côté policier qui n'était pas là à mon goût. Cela ressemblait plus à un roman historique qu'à un roman policier.  

The happy prince


 * les articles des lectures en langue étrangère sont écrites dans la langue du livre puis en français.

A gold statue, who cry buckets, a young man search a red rose to seduce the woman he loves, a giant who doesn't want children playing in this garden...
For childs and adults, five tales full of malice and fantasy to discover the talent of Oscar Wilde.

My views:

I really like Oscar Wilde's story because there a lot of animals (particulary birds) and fantastic creatures. It gives a child side to the story and it is like La Fontaine's fables. It is interesting to read it because the caracters are birds, giants, firecrackers, etc. The nature is very present, which give to the story a pastoral atmosphere. I wanted to discover the Oscar Wilde eccentric universe, so it was pleasant to read it. 

But I was marked by reccurent theme of death and sacrifice in this stories. It is very strange to find a childhood universe with these dark and morbid leitmotiv. I also found taht Oscar Wilde talk a lot about the opposition between selfishness and generosity. For me, the author wanted to add moralities in his stories in order to encourage people to have thoughts about these questions.

To conclude, I really like to discover Oscar Wilde universe and I had a great time with this little stories, full of morality. 

-------------

Une statue dorée qui pleure à chaudes larmes, un jeune homme à la recherche d'une rose rouge pour séduire celle qu'il aime, un géant qui ne veut pas que les enfants jouent dans son jardin...
Pour les petits et grands, cinq contes pleins de malice et de fantaisie pour découvrir tout le talent d'Oscar Wilde.

Mon avis:

J'ai bien aimé les histoires d'Oscar Wilde parce qu'elles sont peuplés d'animaux (plus particulièrement d'oiseaux) et d'animaux fantastiques. Cela donne un côté enfantin à l'histoire et je trouvais qu'il y avait un air de ressemblance avec les fables de La Fontaine. C'est intéressant de trouver des personnages principaux sous la forme d'oiseaux, géants, pétards, etc.  La nature est très présente ce qui donne aux histoires une atmosphère bucolique. Je voulais découvrir l'univers excentrique d'Oscar Wilde donc c'était vraiment plaisant à lire.

Mais j'ai été marqué par les thèmes récurrents de la mort et du sacrifice dans ce recueil. C'est assez étrange je trouve, d'être plongé dans un univers enfantin avec ces leitmotiv sombres et morbides.
J'ai aussi trouvé que Oscar Wilde parle beaucoup de l'opposition entre l'égoïsme et la générosité dans ces histoire. Pour moi, il voulait sûrement ajouter à ses histoires une dimension morale, permettant aux enfants et aux adultes de réfléchir sur ces questions-là.

Pour conclure, j'ai beaucoup aimé découvrir l'univers d'Oscar Wilde et j'ai passé un bon moment avec ces histoires pleines de leçons.

mardi 13 décembre 2016

Les irrésisitibles recettes de Roald Dahl

Des ces Irrésistibles Recettes, vous trouverez le secret des régales délicieusement épouvantables qui émaillent les histoires de Roald Dahl: boissons et plats de résistance mais aussi bien sûr gâteaux et bonbons...
"Frambouille", "Enorme crocodile", "Tarte aux oiseaux", "Spaghetti aux vers", "Surprise croustillante Wonka aux noisettes"... figurent dans ce livre gourmand que les fans de tout âge de Roald Dahl dévoreront.

Mon avis:

Ce n'est pas un livre de Roald Dahl mais de sa fondation, qui a repris ses grands succès en cuisine. Mais pour moi, ce livre contient des points positifs et malheureusement négatifs.

Tout d'abord, j'ai encore une fois adoré le fait d'être embarqué dans l'univers de Roald Dahl même si cette fois-ci ce n'est pas un roman mais un recueil de recettes inspirés de ses histoires. Finalement, en voyant la recette de la frambouille ou du jus de pêche (James et la grosse pêche), etc. cela fait émerger des souvenirs agréables en la compagnie de ses livres.

De plus, Quentin Blake, l'illustrateur des œuvres de Roald Dahl, a accepté de dessiner pour ce livre. Ses dessins interagissent avec les photos prises de plats, ce qui rend le livre agréable et drôle. Et encore une fois, on est plongé dans cet univers qu'on connaît si bien.

Mais par contre, j'ai été déçue par les recettes proposées en général. Certaines me paraissaient "faciles", on a l'impression que c'est du bricolage qui a été fait pour monter la recette et qu'on n'a pas trop passé du temps dessus. Et puis d'autres me paraissaient compliquées parce qu'on se retrouve avec une liste importante d'ustensiles et d'ingrédients. Finalement, j'avais l'impression qu'il fallait une tonne d'ingrédients pour quelque chose qui n'était pas si extraordinaire à l'arrivée.

Je n'ai fait au final qu'une seule recette, celle de la frambouille. J'avais eu assez peur au départ du résultat mais finalement j'ai trouvé ça désaltérant et agréable. De plus ce n'est vraiment pas facile à faire!

La frambouille





dimanche 13 novembre 2016

Matilda


Avant même d'avoir cinq ans, Matilda sait lire et écrire, connaît tout Dickens, tout Hemingway, a dévoré Kipling et Steinbeck. Pourtant son existence est loin d'être facile entre une mère indifférente, abrutie par la télévision et un père d'une franche malhonnêteté. Sans oublier Mlle Legourdin, la directrice de l'école, personnage redoutable qui voue à tous les enfants une haine implacable. Sous la plume tendre et acerbe de Roald Dahl, les évènements vont se précipiter, étranges, terribles, hilarants...

Mon avis:

C'est un des mes livres préférés de mon enfance. D'une certaine façon, je m'étais identifié à cette petite fille quand j'étais petite même si sa vie n'a rien à voir avec la mienne. Je trouve que c'est un livre préféré pour une petite fille qui commence à apprendre à lire. Je suis presque sûre que ça donne envie de dévorer tous les romans de la bibliothèque comme le fait Matilda.

En effet, je trouve que Roald Dahl fait passer un message assez clair grâce à ce livre. Il prône le bienfait de la lecture. Je trouve que l'auteur oppose l'intelligence, les livres et Matilda à la culture de la télévision, les "méchants" et la bêtise. Les personnes gentilles et intelligents lisent alors que les méchants sans scrupules sont celles qui dénigrent cette activité au profit de la télévision.

J'ai bien aimé aussi l'histoire de Mlle Candy, la gentille maitresse de Matilda. Je ne sais pas si c'était le but de l'auteur mais pour moi Roald Dahl fait un clin d'œil à Charles Perrault et les frères Grimm en comparant l'histoire de Mlle Candy à celle de cendrillon.

On retrouve toujours l'univers excentrique de Roald Dahl. Les personnages sont tout à fait irréels et font des choses complètement déjantés (lancer des enfants, réparer des voitures avec de la sciure,...). Les noms des personnages montrent tout de suite leur véritable nature. Je trouve ça super amusant.

Pour conclure, j'ai beaucoup adoré l'excentricité de Roald Dahl mais surtout l'histoire autour des livres rend cette lecture fabuleuse.

samedi 12 novembre 2016

Le Viking qui voulait épouser la fille de soie


Sur une île du sud de la Suède au Xe siècle, un homme vit seul à la ferme avec ses deux fils. Le chemin de ceux-ci est tout tracé : naviguer au loin, pour guerroyer au-delà des mers à l'Ouest, ou pour faire commerce sur les voies fluviales de l'Est.
De l'autre côté de la Baltique, à Kiev, vivent un marchand de soie et sa famille. Radoslav rêve de devenir soldat, sa sœur Milka est une jeune fille raffinée qui joue avec ses deux esclaves : Petite Marmite et Poisson d'Or.
Mais la belle ville d'Orient est sur le point de tomber aux mains des pillards. Milka et Radoslav trouveront refuge auprès de rustres navigateurs venus du Nord. Dès lors le destin des deux familles sera à jamais mêlé.

Mon avis:

J'ai beaucoup apprécié cette lecture parce qu'il nous fait voyager en Scandinavie et à Kiev mais aussi dans le temps puisque c'est une histoire qui se passe pendant le Moyen-âge. On m'a beaucoup transmis l'image que les Vikings étaient un peuple terrible, sanguinaire, et sans pitié. Et bien ce livre donne un tout autre point de vue de ce peuple: ce sont des gens civilisés comme tout le monde même s'ils n'ont pas les mêmes coutumes et la même conception du mariage par exemple.
J'aime aussi le côté un peu sorcellerie, mythologies et magie nordiques qu'on retrouve de temps en temps dans le récit.

J'ai beaucoup apprécié le fait que ça soit une sorte de saga familiale. Les différentes histoires entre les différents membres des deux familles sont intriqués et c'est super passionnant. Il y a plein de rebondissement, des relations qui se font et se défont, on ne s'ennuie pas. On retrouve des dilemmes, des trahisons, des séparations, des retrouvailles: le récit est plein de péripéties qui le rende attractif.

Mais malheureusement, j'ai trouvé le style un peu compliqué. C'est assez difficile de rentrer tout de suite dans l'histoire. Après on s'habitue et on se laisse plutôt bien transporté par la narration mais il faut quand même un petit temps d'acclimatation je trouve.

Pour conclure, j'ai bien apprécié de voir cet aspect des Vikings et surtout l'histoire est pleines de rebondissements mais le style m'a un peu rebuté au début.



dimanche 6 novembre 2016

Le petit homme de l'opéra


Dans le Paris trépidant de la fin du XIXe siècle, l'ombre de la mort rôde sous la flamboyante coupole de l'Opéra. Parmi les rats et les étoiles, un petit homme méprisé de tous, rongé par la colère, est tapi dans l'ombre. Lorsque le prétendant d'une diva meurt au cours d'un mariage champêtre, tous croient à un malheureux accident. Mais bientôt, les morts s'accumulent... Victor Legris et Joseph Pignot, le truculent duo de la librairie Elzévir mènent cette fois l'enquête dans le dédale des coulisses du Palais Garnier. Du Paris foutraque des forains aux ors de l'Opéra, la nouvelle affaire des limiers les plus gouailleurs de la Ville lumière les entraîne à toute vapeur dans une étrange danse macabre.

Mon avis:

Ce ne fut pas pour moi une lecture très intéressante. Je crois que j'attendais beaucoup de cette lecture parce que j'avais entendu du bonnes critiques sur l'auteur. Mais j'ai été assez déçue.
Tout d'abord, le début a été pour moi complètement incompréhensible: une succession de personnes meurt mais c'est comme si rien ne se passait! Il n'y a pas d'enquêtes et je me suis demandé où est l'intérêt... Finalement pendant le premier tiers du livre, on se demande ce qui se passe.

Heureusement, ensuite l'enquête commence réellement! Mais ça prend du temps à se mettre en place. Mais en tout cas, à partir de là, j'ai trouvé que cela devenait plus intéressant et ma lecture était beaucoup moins ennuyante. J'avais peur d'être déçue par le dénouement de l'enquête mais finalement je l'ai bien aimé.

Par contre, le style est un peu confus à mon avis. Il faut être très attentif parce qu'on passe d'un personnage à un autre d'un paragraphe à l'autre et si on n'a pas fait attention, on commence à s'emmêler les pinceaux et à ne plus comprendre ce qui se passe. Je trouve que ce changement est beaucoup trop fréquent et plusieurs fois j'ai du relire des passages.

Pour conclure, le début m'a paru très long et j'ai été parfois perdue par le changement de personnage mais mon intérêt pour l'histoire a augmenté au fil du récit.

samedi 22 octobre 2016

Le meilleur des mondes


632 après Ford: désormais on compte les années à partir de l'invention de la voiture à moteur. La technologie et la science ont remplacé la liberté et Dieu.
La vie humaine, anesthésiée, est une suite de satisfactions, les êtres naissent in vitro, les désirs s'assouvissent sans risque de reproduction, les émotions et les sentiments ont été remplacés par des sensations et des instincts programmés.
La société de ce Meilleur des mondes est organisée, hiérarchisée et uniformisée, chaque être, rangé par catégorie, a sa vocation, ses capacités et ses envies, maîtrisées, disciplinées, accomplies.
Chacun concourt à l'ordre général, c'est à dire travaille, consomme et meurt, sans jamais revendiquer, apprendre ou exulter.
Mais un homme pourtant est né dans cette société, avec, chose affreuse, un père et une mère et, pire encore, des sentiments et des rêves. Ce "sauvage" qui a lu tout Shakespeare et le cite comme une Bible, peut-il être un danger pour le "monde civilisé"?

Mon avis:

Le début de ce roman de dystopie m'a complètement emballé! La façon dont cette société contrôle l'individu, les naissances est vraiment super intéressant! Je me suis posé plein de questions sur l'éthique, le conditionnement, etc. Je trouve que l'auteur fait passer un message assez important dans ce livre (enfin ce n'est que mon interprétation): le progrès ne doit pas amener à l'annihilation de l'humanité, de la liberté de penser et de la liberté d'opinions.

L'homme est contrôlé dans tout ces aspects, que ce soit dans la vie quotidienne, sa pensée, ses habitudes et même ses émotions! C'est très effrayant de voir ça! Ce côté-là m'a beaucoup intéressé et les premiers chapitres m'ont complètement subjugué mais après j'ai trouvé que cela retombait comme un soufflé. Finalement, le reste de l'histoire n'apporte pas grand chose et je n'ai pas forcément compris où voulait en venir l'auteur. Cela reste bien mais ce n'est pas aussi formidable que le début.

La fin m'a surtout déçue et j'en aurais bien voulu une autre, qui apporte un éclairage nouveau sur l'affaire parce que là à part subir notre destin je n'ai pas trop compris quel est le fin mot de l'histoire...

Sinon j'ai bien aimé le style de l'auteur qui est parfois un peu compliqué je trouve mais qui, sinon, est très fluide et compréhensible sans se torturer la tête.

Pour conclure, j'ai bien aimé cette histoire particulièrement le début mais la fin m'a paru un peu décevante...

mercredi 12 octobre 2016

Sacrées sorcières


Ce livre n'est pas un conte de fées, mais une histoire de vraies sorcières. Vous n'y trouverez ni stupides chapeaux noirs, ni manches à balai: la vérité est beaucoup plus épouvantable. Les vraies sorcières sont habillées de façon ordinaire, vivent dans des maisons ordinaires. En fait, elles ressemblent à n'importe qui.
Si on ajoute à cela qu'une sorcière passe son temps à dresser les plans les plus démoniaques pour attirer les enfants dans ses filets, vous comprendrez pourquoi ce livre vous est indispensable!

Mon avis:

Cette lecture a été très instructive! C'est un livre de mon enfance et j'ai trouvé que c'était passionnant de le relire avec mon regard plus adulte. De plus je l'ai lu après avoir consulté le Hors-Série Lire sur Roald Dahl, ce qui apporte un regard nouveau sur le livre.

J'ai trouvé qu'il y avait dans ce livre une part autobiographique: il s'agit d'un petit garçon anglais avec une grand-mère norvégienne. J'aime beaucoup trouver des supposés indices de la vie de l'auteur dans ces œuvres (même si ce n'est que mon interprétation!). Je trouve ça amusant!

Le style de l'auteur est toujours aussi délicieux et est tellement entrainant. J'ai dévoré le livre et j'ai adoré ces moments de lecture avec. L'auteur a une écriture très enfantine et simple mais l'histoire peut paraître finalement assez cruelle et méchante.

J'aime beaucoup aussi cette histoire pour la dichotomie entre un côté assez humoristique et un côté pseudo-scientifique. L'histoire est drôle parce que c'est très farfelus et complètement fou mais d'un autre côté, je m'imaginais la grand-mère, puis le petit-fils comme des experts des sorcières. Tout cela donne un savoureux mélange!

Comme je l'ai déjà dit, l'histoire est complètement farfelue et j'adore ça! L'univers de Roald Dahl est tellement surprenant! Le fait que les sorcières, personnages de contes, soient des personnes de la vie de tous les jours (il rend les sorcières réelles finalement), nous sort de la réalité pour nous emmener dans un monde dément mais tout en ayant l'impression que cela pourrait être vraie! Je trouve que cette nuance rend l'histoire tellement captivante!

Un point qui me tient à cœur également c'est le dénouement de l'histoire. On pourrait s'attendre à une autre fin mais non. Cette fin peut paraître surprenante surtout que c'est un roman pour enfants mais je trouve que c'est bien mieux comme ça! (désolées c'est assez confus mais je ne veux pas spoiler la fin!)

Pour conclure, j'ai beaucoup aimé ce livre par son côté farfelu!

dimanche 9 octobre 2016

Péchés mortels


Premiers jours du printemps à Venise. La vie s'écoule trop calmement et le commissaire Brunetti trouve le temps long à la questure. Jusqu'au moment où entre dans son bureau Suor'Immacolata, aujourd'hui défroquée et redevenue Maria Testa. Elle vient demander l'aide de la police parce qu'un certain nombre de morts suspectes sont survenues dans l'institution où elle travaillait. Est-ce un effet de son imagination débordante ou se passe-t-il réellement des choses effrayantes autour de ces personnes âgées qui lèguent leur fortune à diverses congrégations religieuses?
Brunetti va enquêter et découvrir qu'une institution toute puissante tire les ficelles avec l'aide de certaines prêtres fanatiques. Difficile de se battre lorsqu'on décide de se servir des armes de l'adversaire.

Mon avis:

Malheureusement, cette lecture fut pour moi assez décevante... Pendant un certain temps je me suis demandé ce qui se passait. Le début est très lent et on ne sait même pas s'il y a vraiment une enquête... ça traine et on ne fait qu'attendre le début de l'enquête!
Cela rend le rythme du livre très décousu: les deux premiers tiers du livre sont assez lents et il ne se passe pas grand chose et puis la fin tout se passe assez rapidement! Tout s'enchaine beaucoup trop vite et je trouve que ça nous laisse un peu sur notre faim!

Mais d'un autre côté, j'ai beaucoup aimé le côté voyage de ce livre. On est plongé dans le quotidien italienne et c'est juste super, surtout la cuisine italienne! Voyager par les saveurs, c'est juste super!
Un autre aspect assez intéressant de cette culture italienne est la question de la religion, qui a une part importante dans ce livre. On voit que la religion prend une grande place dans la vie des italiens et les enjeux que cela peut produire.

Pour conclure, ce livre ne m'a pas beaucoup conquise par son démarrage trèèès long.

L'homme du lac


A la suite des tremblements de terre d'Islande en juin 2000, le lac de Kleifarvatn se vide peu à peu. Une géologue chargée de mesurer le niveau de l'eau découvre sur le fond asséché un squelette lesté par un émetteur radio portant des inscriptions en caractères cyrilliques à demi effacés. Erlendur et son équipe se voient chargés de l'enquête.

Il dormait au fond d'un lac depuis soixante ans. Il aura fallu un tremblement de terre pour que l'eau se retire et dévoile son squelette, lesté par un émetteur radio recouvert d'inscriptions en caractères cyrilliques à demi effacés. Qui est donc l'homme du lac ? L'enquête révèlera au commissaire Erlendur le destin tragique d'étudiants islandais confrontés aux rouages implacables de la Stasi.

Mon avis:

J'ai beaucoup aimé cette histoire! L'enquête était vraiment passionnante par son fond historique! J'ai vraiment adoré cet aspect-là de retour dans le passé. Mais d'un autre côté, ça m'a un peu perturbé au départ parce que je n'avais pas compris qu'il y avait "deux histoires"!

Ce que j'ai aussi aimé c'est que l'enquête piétinait, tournait en rond. Cela peut paraître bizarre mais je trouve que ça lui donne un côté plus véridique. On a trop souvent des enquêtes policières où tout se résout d'un claquement de doigt alors que là, l'enquête prend du temps et même si ça peut être frustrant cela la rend plus vraie. Et puis, le suspense est gardé jusqu'à la fin!

J'aime aussi beaucoup le rapport qu'à l'auteur vis à vis de son pays, l'Islande. Tout d'abord, c'est un pays que j'aime beaucoup donc j'adore lire les descriptions qui sont faites. Et puis, j'aime ce rapport étrange entre le côté dur et froid de l'Islande mais d'un autre côté on voit que l'auteur est fière de sa nation! Cela donne un mélange très intéressant!

Pour conclure, j'ai beaucoup aimé le fait que l'enquête nous renvoie à un épisode historique.

Tant que nous sommes vivants


Bo et Hanna travaillent dans la même usine. Elle est ouvrière de jour, lui, forgeron la nuit. Dès les premiers regards, ils tombent follement amoureux. Un matin, une catastrophe survient et ils doivent fuir la ville dévastée. Commence alors pour eux un fabuleux périple à travers des territoires inconnus...
Mais quand l'ombre a pris la place de la lumière, l'amour suffit-il à nous garder vivants?

Mon avis:

Je tiens tout d'abord à dire que j'ai reçu de multiples avis plus que positifs sur ce livre et s'il est vrai que c'est cela qui m'a décidé à le lire, ça a aussi gâché un peu ma lecture... Je crois que j'avais des attentes trop grandes. Mais malgré tout j'ai quand même bien apprécié.

Le début m'a paru assez plat et aussi assez surjoué. J'ai trouvé que ça avait un côté vu et rerevu. Je n'ai pas trouvé qu'il y avait quelque chose de neuf, surprenant et pas mal d'incidents étaient, je trouve, attendus.
Bon comme ça, je noircis beaucoup le tableau parce que malgré cela, j'ai bien aimé le côté "mignon" de la relation entre Bo et Hanna: ça a un côté baume au cœur malgré tout.

Mais c'est vraiment la fin du livre qui a été pour moi magique! La fin m'a complètement prise aux tripes et j'en ai eu les larmes aux yeux! J'ai trouvé cette fin tellement émouvante. Même si certains bouts sont tragiques.

Pour conclure, j'ai bien aimé ce livre malgré un début décevant.

La lionne blanche



En Scanie, par un bel après-midi d'avril 1992, Louise Akerbolm, agente immobilière et jeune mère de famille, disparaît dans des conditions mystérieuses. Pendant ce temps, en Afrique du Sud, un groupe d'Afrikaners fanatiques prépare avec soin un attentat contre une importante figure politique.
Quelques jours plus tard, le corps de Louise, le front troué d'une balle, est repêché dans un puit. L'inspecteur Wallander et son équipe enquêtent. Mais le passé de la victime est limpide et les recherches piétinent. C'est alors que les policiers découvrent sur les lieux du crime le doigt tranché d'un homme noir.
Y aurait-il un lien entre les deux affaires?
La suite? Un télescopage vertigineux entre la réalité quotidienne de la province suédoise et la lutte politique sanglante qui se déchaine au même moment à l'autre bout du monde.
Or Wallander en sait peu sur l'apartheid. Il n'est guère plus au fait de la situation internationale. Par exemple, il ignore la relation qui peut exister entre l'ex-KGB et les nationalistes blancs d'Afrique du Sud. Cette fois, ce n'est plus le sort de quelques individus qu'il a entre ses mains, c'est le destin d'une nation.

Mon avis:

Ce fut une histoire policière très intéressante parce qu'elle se déroule dans deux lieux différents: la Suède et l'Afrique du Sud. Les liens criminels entre ces deux pays sont surprenants et intrigants. De plus, on apprend pas mal de choses sur la situation de l'Afrique du Sud pendant les années 1990. Mais d'un autre côté c'est parfois un peu déstabilisant lorsque l'histoire transite d'un lieu à l'autre.

Malheureusement j'ai été assez déçue par le fait qu'on sache très vite le meurtrier et les raisons de ce meurtre. Beaucoup d'éléments sont dévoilés dans le livre bien avant la fin et ça gâche le suspense. Je trouve que l'enquête policière n'était pas assez présente malheureusement. Et que finalement, la seule chose qu'on voyait c'est que les policiers piétinaient pour retrouver le coupable alors qu'on le connaissait déjà!

Finalement, le suspense touchait plutôt des éléments annexes à l'intrigue principale (enfin presque tout le suspense) à mon avis. Cela est en rapport avec l'enquête mais ce n'est pas l'enquête elle-même qui est haletante! Mais il y a quand même du suspense!

Pour conclure, j'ai bien aimé cette intrigue mais j'aurais bien aimé que l'enquête soit plus au centre de l'histoire.

L'apprenti épouvanteur


"L'épouvanteur a eu de nombreux apprentis, me dit maman. Mais peu ont achevé leur formation. Et ceux qui y sont parvenus sont loin d'être à la hauteur. Ils sont fragiles, veules ou lâches. Ils se font payer fort cher de bien maigres services. Il ne reste que toi, mon fils. Tu es notre dernière chance, notre dernier espoir. Il faut que quelqu'un le fasse. Il faut que quelqu'un se dresse contre les forces obscures. Tu es le seul qui en soit capable."
Thomas Ward, le septième fils d'un septième fils, devient l'apprenti de l'Epouvanteur don comté. Son maitre est très exigent. Thomas doit apprendre à tenir les spectres à distance, à entraver les gobelins, à empêcher les sorcières de nuire... Cependant, il libère involontairement Mère Malkin, la sorcière la plus maléfique qui soit, et l'horreur commence...

Mon avis:

Ce fut une bonne lecture pour ma part: on ne s'ennuie pas, le récit est assez intriguant et le style d'écriture facile. Mais malheureusement, j'ai trouvé ce livre trop enfantin. Les conflits et péripéties sont finalement simples et résolus trop facilement à mon goût: ça semble trop irréel!
De plus, les dénouements étaient plus qu'attendus je trouve! Il n'y avait pas vraiment de surprises...

Mais d'un autre côté, j'ai bien aimé ce côté enfantin (oui c'est un peu contradictoire). C'est un livre sensé faire peur (on peut lire sur la 4ème couverture à ne pas ouvrir la nuit) mais finalement ça ne fait pas vraiment peur: ça m'a amusé ce côté peur enfantin!

J'ai aussi aimé le côté créatures magiques, grimoire, le fait qu'on apprend comment maitriser les formes du mal (c'est sûrement mon côté intello qui doit ressortir).

Pour conclure cette (petite) chronique, j'ai bien aimé ce livre même si tout paraissait trop facile!

Rebecca


Dans une somptueuse propriété de la côte anglaise, hantée par le souvenir d'une première épouse disparue, une jeune mariée intimidée, un veuf taciturne, une gouvernante vêtue de noir s'observent dans un huis clos étouffant...
Entre conte gothique et suspense psychologique, Rebecca entremêle les passions et les haines, les silences et les menaces avec, en bruit de fond, le ressac de la mer sur les galets de la crique...

Mon avis:

J'ai eu un peu du mal à rentrer dans l'histoire. Le début m'a paru assez difficile, le temps de m'habituer au style d'écriture de l'auteur. Après, le style m'a paru agréable et ça se lit très bien! C'est juste le démarrage qui a été dur pour moi!

Au début, j'ai aussi trouvé quelques similitudes avec Jane Eyre (l'histoire d'une jeune femme modeste qui côtoie un homme riche et plus vieux). Mais très vite les similitudes se sont arrêtées! J'ai même à un moment détesté ma lecture! Je ne supportais pas les caractères qui m'énervaient: surtout la narratrice.

Mais d'un autre côté, c'était intéressant de voir l'impact que peut avoir une morte sur les vivants et comment elle influence la vie des uns et des autres alors qu'elle n'est plus là! J'ai trouvé cet aspect de l'histoire assez intéressante et c'est sûrement cela qui m'a donné envie de continuer ma lecture malgré l'agacement que je ressentais vis à vis des personnages.

Et puis, tout d'un coup, tout bascule! Personnellement, l'évènement me semblait plus qu'attendu mais heureusement qu'il est arrivé parce que ça a changé complètement ma lecture! A partir de ce moment-là, je n'ai pas pu décrocher mes yeux de ce roman. C'était vraiment passionnant! Dommage que ça soit arrivé aussi tard dans le déroulement de l'histoire...

Pour conclure, ce fut une lecture en deux parties: une bonne partie de l'histoire m'a agacée mais un évènement va tout bouleverser et à partir de là... waouh! J'ai adoré!

dimanche 25 septembre 2016

Night school (tome 1)


Allie Sheridan déteste son lycée. Son grand frère a disparu. Elle vient d'être arrêtée. Une énième fois. C’en est trop pour ses parents qui l’envoient dans un internat aux règles quasi militaire.
Contre toute attente, Allie s’y plaît. Elle se fait des amis et rencontre Carter, un garçon solitaire et ténébreux, aussi fascinant que difficile à apprivoiser…
Mais l'école privée Cimmeria n'a vraiment rien d'ordinaire. L’établissement est fréquenté par un fascinant mélange de surdoués, de rebelles et d'enfants de millionnaires. Plus étrange, certains élèves sont recrutés par le très discrète « Night School », dont les dangereuses activités et les rituels nocturnes demeurent un mystère pour qui n'y participe pas.
Allie en est convaincue : ses camarades, ses professeurs, et peut être même ses parents, lui cachent d'inavouables secrets. Elle devra vite choisi à qui se fier, et surtout qui aimer.

Mon avis:

Je tiens à préciser que c'est un livre conseillé par des amies et qu'il ne rentre pas dans mes habitudes livresques...
J'avoue avoir été assez agréablement surprise au début du roman, qui avait suscité mon intérêt: le personnage d'Allie était intéressant et ça commence fort niveau mystères! J'ai beaucoup aimé et je me posais de multiples questions en espérant que la suite du roman allait répondre à ces interrogations.

L'intrigue est assez bien mené et plus on avance dans le récit, plus on retrouve de suspenses et de questions sur ce qui se passe. J'aime aussi beaucoup l'atmosphère un peu paranoïaque donné à la narration: on est constamment en quête de vérité et on se fait balader par l'auteur parce qu'on a l'impression que tout le monde ment. C'est super intriguant!

Mais (parce qu'il y a un mais...), on est très vite retomber dans les clichés adolescents que je trouve écœurant. On se retrouve au sin d'une romance cliché avec un trio amoureux et dès qu'il se passe quelque chose, on nous ramène à cet aspect-là de l'histoire... Je n'aime pas l'image qui est donné à Allie, qui ressemble plus à un objet à partager entre deux personnes et cela m'exaspère...

Pour conclure, j'ai bien aimé l'histoire de fond mais le trio amoureux a, pour moi, tout gâcher...

Zouck


"La musique était une onde qui me portait. Toujours plus haut. Je me sentis légère, presque éthérée. J'avais la sensation que mes gestes pouvaient s'affiner jusqu'à devenir parfaits."
Anouck, dite Zouck, a une passion: la danse. Qu'elle partage avec sa meilleure amie, Maïwenn. Jusqu'au jour où elles s'éloignent l'une de l'autre. Zouck, obsédée par l'idée de perdre quelques kilos superflus, se coupe du monde. De son côté, Maïwenn, follement amoureuse, devient de plus en plus distante...

Mon avis (chronique un peu particulière je crois...):

Zouck est un livre très court qui se lit très bien. A mon avis, c'est le genre de livre qu'on peut savourer tranquillement pendant une matinée où on veut avoir un moment tranquille mais surtout émouvant! En effet, Pierre Bottero, avec son livre, nous montre un aspect pas très glorieux de l'adolescence mais pas forcément rare. Il arrive à nous faire passer ce que sont ces problèmes de l'âge pré-adulte et il le fait tellement bien, que même si on n'a pas traversé ce genre de crises, on se sent chamboulé et concerné par ces problèmes.

Il met en avant le monde impitoyable du sport et ce que sont prêtes les jeunes filles pour convenir à cet idéal sportif: on ne se rend pas forcément compte que le sport puisse nous détruire et je pense que beaucoup d'adolescents se sont pris dans le jeu sans voir les dangers qui leur tombent dessus.
Il parle aussi, même si cela peut paraître au deuxième plan, de cette période assez compliquée en terme de relations amoureuses mais aussi de relations amicales: il illustre très bien cette difficulté à gérer ces amours tout en excluant pas ses amis, ce qui peut se révéler n'être pas toujours facile.
Toutes ces problématiques sont apportés d'une telle façon qu'on ne demeure pas insensible au sort des personnages et qu'on ne lâche plus le roman!

J'ai aussi eu un immense plaisir de retrouver la plume de Pierre Bottero, qui est juste magique! La façon dont Zouck parle de la danse et de la liberté qu'elle ressent pendant qu'elle danse me fait penser à la poésie Marchombre dont les deux mots que j'ai retenu était Liberté et Harmonie.

Pour conclure, j'ai adoré ce petit roman qui est un concentré d'émotions et qui m'a touché au plus profond de moi. Pierre Bottero est vraiment un magicien!

dimanche 18 septembre 2016

Miss Peregrine's Peculiar Children


* les articles des lectures en langue étrangère sont écrites dans la langue du livre puis en français.

This trilogy is composed by:
  • Miss Peregrine's home fort Peculiar Children
  • Hollow City
  • Library of souls
A mysterious island. An abandoned orphanage. A Strange collection of peculiar photographs. A horrific family tragedy sets sixteen year old Jacob journeying to a remote island off the coast of Wales, where he discovers the crumbling ruines of Miss Peregrine's home for Peculiar Children. As Jacob explores its decaying bedrooms and hallways, it becomes clear that Miss Peregrine's children were more than just peculiar. They may have been dangerous. They may have been quarantined on a deserted island for good reason. And somehow - impossible though it seems - they may still be alive.

My view:

First, books are beautiful. I love the fact that the story is accompanied by pictures . These images add charms and mystery to the storytelling and they give it a concern and dark atmosphere. But oddly, as I look this black and withe photos, I imagine the story without colors!

I really like the ambiance given by the author! He speaks about peculiar children but all the story is not beautiful and nice. He speaks about persecution, kidnapping and other dark stories. It is why I love this trilogy: the story is dark but it is not an horror story.
Moreover, the trilogy is full of twists and actions. There a lot of events! Some of passages are a little bit too expected but others are really surprising.

Characters are really endearing. They are a naiv but so good guys! They are tight-knit and ready to fight to save people they love. But on the other side, I'm a little bit bored by miracles children, this children who are very special and who are the only ones who can save the world. But fortunately, Jacob is still a teenager, who is scared and who is happy to be with his friends!

But I'm a little bit disappointed by the end... the outcome of one dilemma is farfetched... I found that the writer has no idea of answers for this question and he writes somethig flawed. This little black point doesn't manage to mitigate my lecture.

To conclude, I really like this trilogy and particulary the mysterious and dark universe created by the author.

--------------------------

La trilogie est composée de:
  • Miss Peregrine et les enfants particuliers
  • Hollow City
  • La bibliothèque des âmes
Une île mystérieuse. Un orphelinat abandonné. Une étrange collection de photographies particulières. Une horrible tragédie familiale conduit Jacob à une île éloignée de la côte écossaise, où il découvre les ruines de la maison de Miss Peregrine pour les enfants particuliers.
Lorsque Jacob explore les chambres et les couloirs décadentes, il est clair que les enfants de Miss Peregrine sont plus que particuliers. Ils peuvent être dangereux. Ils peuvent être en quarantaine sur une île déserte pour une bonne raison. Et peut-être ils peuvent être encore en vie.

Mon avis:

Tout d'abord, les livres en tant qu'objet sont magnifiques. J'adore le fait que l'histoire soit accompagnée d'images. Ces images rajoutent du charme et du mystères à la narration et elles lui donnent un côté un peu inquiétant et sombre. Mais bizarrement, le fait de voir des photos en noir et blanc, je me suis imaginée l'histoire sans couleurs!

J'ai beaucoup aimé l'ambiance donné à ce livre! L'auteur parle d'enfants particuliers mais ce n'est pas tout beau tout joli. Il parle de persécution, de kidnapping et d'autres histoires assez sombres. C'est ce que j'aime dans cette trilogie: c'est ce côté un peu sombre mais sans pour autant partir dans l'horreur et l'épouvante.
De plus, la trilogie est remplie de rebondissements et d'actions. Il y a beaucoup de péripéties et même si certains passages sont un peu attendus d'autres sont complètements surprenants!

Les personnages sont attachants! Ils sont un peu naïfs mais tellement gentils! Ils sont soudés et prêts à affronter tous les dangers pour sauver quelqu'un. Mais par contre, je suis un peu lassé par les enfants miracles, ceux qui sont tellement spéciaux et qui sont les seuls à sauver le monde. Mais heureusement Jacob reste un adolescent, qui a peur et qui est bien content d'avoir ses amis autour de lui!

Par contre, je suis un peu déçue par la fin... Le dénouement de son dilemme a un côté un peu tiré par les cheveux... on a l'impression que l'auteur n'a pas su répondre à ce choix et qu'il a trouvé un stratagème un peu bancal. Mais ce petit point noir n'a malgré tout pas réussi à atténuer mon plaisir de lire cette trilogie.

Pour conclure, j'ai vraiment beaucoup aimé cette trilogie et surtout l'univers mystérieux et sombre crée par l'auteur.



Geisha


A neuf ans, dans le Japon d'avant la Seconde Guerre mondiale, Sayuri est vendue par son père, un modeste pêcheur, à une maison de plaisir de Kyoto. Dotée d'extraordinaires yeux bleus, la petite fille comprend vite qu'il faut mettre à profit le chance qui est la sienne. Elle se plie avec docilité à l'initiation difficile qui fera d'elle une vraie geisha.
Art de la toilette et de la coiffure, rituel du thé, science du chant, de la danse et de l'amour: Sayuri va peu à peu se hisser au rang des geishas les plus convoitées de la ville. Les riches, les puissants se disputeront ses faveurs. Elle triomphera des pièges que lui tend la haine d'une rivale. Elle rencontrera finalement l'amour...

Mon avis:

J'ai beaucoup apprécié ma lecture car je l'ai trouvé énormément intéressante. C'est une histoire fictive avec des personnages qui n'ont pas existé mais l'auteur a fait des recherches auprès des Geishas de Kyoto: le roman a donc inclut des faits réels sur l'art et l'apprentissage d'une Geisha. J'ai trouvé ça très passionnant et cela permet aussi de rayer cette croyance occidentale que les Geisha sont des prostituées.

Le livre est riche en descriptions très précises sur l'univers et sur les personnages. Le décor, les kimonos, les repas, les soirées, etc. sont très détaillés et sont les imagine très bien! Je trouve ça super passionnant puisqu'on est immergé dans l'histoire rapidement.

De plus l'intrigue est très bien menée. Il y a pas mal de suspense et de retournements de situations : rien n'est joué d'avance et lorsqu'on a l'impression que l'histoire est déjà tracée, l'auteur arrive à nous surprendre sans pour autant que ça soit tiré par les cheveux. Il y a des histoires de rivalités, de complots, de messes basses, et de stratégies.

Ce livre m'a aussi fait réfléchir sur le rôle des femmes et des hommes. En effet, pendant la narration, on voit que les geishas sont là pour distraire les hommes (mais ce n'est pas d'ordre sexuel) et ces derniers attendent de façon naturelle que les femmes leur obéissent. J'espère que ça a changé depuis!

Pour conclure, ça été un gros coup de cœur! J'ai beaucoup aimé l'histoire et j'ai adoré les descriptions et les détails sur la vie des Geishas au Japon!


jeudi 15 septembre 2016

Swap Harry Potter

Le swap Harry Potter est un swap organisé sur Livraddict par Booking All.
Il devait contenir:
  • un livre sur Harry Potter
  • un livre sur la magie
  • un marque-page
  • un porte-clés
  • des goodies
  • un petit mot
  • en option: des gourmandises et boissons
Voici le magnifique colis que j'ai reçu de la part de XxFairyTopia:

 

 
Voici le magnifique emballage aux couleurs de ma maison... Serdaigle!
 Tout d'abord une jolie carte avec un gentil petit mot!


 
Elle m'a aussi laissé un petit menu de swap...

 
Que le déballage commence!

1) Pour te divertir le soir avant de t'endormir et pour en apprendre plus sur le monde des sorciers
 
J'ai eu Les contes de Beedle le barde et Le quidditch à travers les âges! Je suis super contente parce que j'ai toujours été curieuse de lire ces livres!

2) Crotte de nez ou poire juteuse?
 
Ohlala! Je crois que je vais avoir peur de les goûter! Les goûts tutti frutti, pêche ou citron me donne envie mais je n'ai pas vraiment envie de tomber sur vomi ou nourriture pour chien!

3) Ne t'inquiète pas, ce n'est pas un horcruxe enfin je crois...
 
Oh mon dieu! J'ai un pendentif diadème de Serdaigle! Il est juste magnifique! Je n'y crois pas!!
J'ai-un-pendentif-du-diadème-de-Serdaigle! 

4) Prépare-toi à devenir la nouvelle sœur Halliwell
 
C'est Le grimoire des Sorcières de Judy Ann Nock... C'est mon premier grimoire, je suis très curieuse de le lire!

5) Une petite invitée s'est glissé dans le colis
Il s'agit de la Funko Pop Luna Lovegood ! Elle est trop mimi! Je suis super contente d'avoir ce personnage, que j'adore dans la saga Harry Potter!

6) Attention aux flammes
Yeeeuuuhh... j'ai un magnifique petit gardien pour mes clés!


7) De beaux marque-pages magiques
J'aime beaucoup ce marque-page avec les couvertures de vieux livres!

8) Pour te remercier de ta patience voilà des spécialités de ma région
Ce sont des bonbons des Vosges (que j'adore!) et aussi un chocolat qui a, malheureusement, souffert du voyage mais je suis sûre qu'il est malgré tout très bon!

Voici mon colis en entier! Un grand merci à XxFairyTopia pour son colis et à Booking All pour l'organisation du swap!

mercredi 14 septembre 2016

Moi boy


Que se passe-t-il quand on attrape une ratite? Et quand on simule une crise d'appendicite? Avez-vous jamais fumé du tabac de chèvre? Vous a-t-on déjà affublé d'un costume de pompes funèbres pour vous rendre à l'école? Neuf, dix, onze ans... les années passent: voici venu le temps de se demander ce que l'on fera après le collège!

Mon avis:

Ce livre est l'autobiographie de l'enfance d'un des plus grands auteurs jeunesse: Roald Dahl! J'ai trouvé l'idée de n'écrire que l'histoire de son enfance était très originale et surtout lui correspondait bien étant donné sa réputation pour ses histoires jeunesse (même s'il a écrit une autre autobiographie, un genre de suite).

Ce qui est très intéressant dans ce récit, c'est de voir quels sont les évènements qui l'ont marqué. On remarque que beaucoup de souvenirs d'enfance l'ont inspiré pour écrire ses histoires (la gentille grand-mère dans Sacrés Sorcières, les professeurs méchants qu'on peut retrouver dans Matilda par exemple,...). Ainsi, le lecteur prend plaisir à comprendre les facettes de sa vie qui ont façonné sa personnalité et son imagination d'auteur. On a un peu l'impression de rentrer dans son univers, sa vie, de mieux le comprendre.

De plus, j'ai beaucoup aimé le fait que son autobiographie soit écrit de la même façon que ses romans! La plume de l'auteur se ressent dès les premières pages! On retrouve encore une fois ce côté enfantin et créatif que j'aime beaucoup. D'ailleurs, on remarque que très vite, Roald Dahl a été un enfant très imaginatif!

Un autre point positif de ce livre est qu'il est illustré! Quentin Blake a illustré ce roman, ce qui rappelle, encore une fois l'univers de l'auteur, puisque pour moi, les écrits de Roald Dahl et les dessins de Quentin Blake sont indissociables. On retrouve également des photos, des lettres de Roald Dahl de lorsqu'il était plus petit.

Pour conclure, j'ai beaucoup aimé cette autobiographie car on est immergé dans l'univers de Roald Dahl et dans son enfance, qui ressemble étrangement aux livres qu'il a écrit.

lundi 12 septembre 2016

Le prisonnier du Ciel


Barcelone, Noël 1957. A la librairie Sempere, un inquiétant personnage achète un exemplaire du Comte de Monte Cristo. Puis il l'offre à Fermin, accompagné d'une menaçante dédicace. La vie de Fermin vole alors en éclats. Qui est cet inconnu? De quels abîmes du passé surgit-il? Interrogé par Daniel, Fermin révèle ce qu'il a toujours caché.
La terrible prison de Montjuïc en 1939. Une poignée d'homme condamnés à mourir lentement dans cette antichambre de l'enfer. Parmi eux Fermin et David Martin, l'auteur de La ville des Maudits. Une évasion prodigieuse et un objet volé...
Dix-huit ans plus tard, quelqu'un crie vengeance. Des mensonges enfouis refont surface, des ombres oubliées se mettent en mouvement, la peur et la haine rôdent.

Mon avis:

Ce fut un réel plaisir de retrouver l'atmosphère intrigante de Barcelone. Carlos Ruiz Zafon arrive à nous entrainer dans les recoins sombres et mystérieux de cette ville. Cette atmosphère envoûtante et dangereuse m'a totalement hypnotisé.

De plus, le passé rattrape le présent et le centre de ce livre est finalement une quête du passé. J'adore ça! Fermin raconte son mystérieux passé, aussi fantastique et irréel que les autres histoires de la trilogie! Cette histoire est très noire mais l'auteur ne nous pousse pas dans l'horreur. Cela rend la narration très intéressante et très addictive.

Ce que j'ai le plus aimé je crois c'est que ce dernier tome donne un autre éclairage aux autres tomes de la trilogie. L'histoire est racontée par d'autres personnes et donc on trouve d'autres points de vue, qui permettent de mieux comprendre finalement l'histoire.

Pour conclure, cette histoire n'est pas ma préférée de Carlos Ruiz Zafon mais j'ai adoré me replonger dans l'univers sombre et fantastique de Barcelone.

dimanche 11 septembre 2016

L'élégance du hérisson


"Je m'appelle Renée, j'ai cinquante-quatre ans et je suis la concierge du 7 rue de Grenelle, un immeuble bourgeois. Je suis veuve, petite, laide, grassouillette, j'ai des oignons aux pieds et, à en croire certains matins auto-incommodants, une haleine de mammouth. Mais surtout, je suis si conforme à l'image que l'on se fait des concierges qu'il ne viendrait à l'idée de personne que je suis plus lettrée que tous ces riches suffisants.

Je m'appelle Paloma, j'ai douze ans, j'habite au 7 rue de Grenelle dans un appartement de riches. Mais depuis très longtemps, je sais que la destination finale, c'est le bocal à poissons, la vacuité et l'ineptie de l'existence adulte. Comment est-ce que je le sais? Il se trouve que je suis très intelligente. Exceptionnellement intelligente, même. C'est pour ça que j'ai pris ma décision: à la fin de cette année scolaire, le jour de mes treize ans, je me suiciderai."

Mon avis:

Ce livre est très intéressant, car il remet en question les valeurs sociales. Renée est une concierge, dont le stéréotype est de ne pas être très cultivé. Paloma est une jeune adolescente donc qui est encore jeune et naïve. Pourtant malgré les apparences elles sont très cultivées et intelligentes. Je trouve que le livre joue beaucoup sur ce combat des stéréotypes et des préjugés. J'ai beaucoup aimé cet enjeu-là.

De plus, je trouve que tout dans ce livre est basé sur le contraste. En effet, déjà les deux personnages ont un écart d'âge important et malgré cette différence, elles ont quand même des points similaires.
Ce contraste est aussi présent dans le style d'écriture de l'auteur. Tout d'abord, elle utilise un langage très soutenu et intellectuel pour décrire des épisodes banals de la vie de tous les jours. De plus ce langage poétique contraste avec le ton humoristique de l'histoire.

Mais malgré ces points intéressants, cela ne gâche pas tous le côté émotif de l'histoire. Les personnages sont juste émouvants et leurs histoires sont touchantes. Surtout, ce livre est nous permet de rêver, de montrer que les "petites" gens sont aussi des personnes exceptionnelles et qu'il suffit juste de leur accorder un peu d'attention.

Pour conclure, j'ai juste adoré ce livre! C'est un véritable coup de cœur pour ma part, car il est super intéressant!


samedi 3 septembre 2016

Puzzle


Ilan et Chloé sont spécialistes des chasses au trésor. Longtemps, ils ont rêvé de participer au jeu ultime, celui dont on ne connaît que le nom: Paranoïa.
Le jour venu, ils reçoivent la règle numéro 1: Quoi qu'il arrive, rien de ce que vous allez vivre n'est la réalité. Il s'agit d'un jeu. Suivie, un peu plus tard, de la règle numéro 2: L'un d'entre vous va mourir.
Et quand les joueurs trouvent un premier cadavre, jeu et réalité commencent à se confondre.
Paranoïa peut alors réellement commencer...

Mon avis:

C'est le premier Thilliez que je lis et j'avoue que ça commence fort!
J'ai assez bien aimé ce thriller à notes psychologiques. Le début est un peu compliqué je trouve puisqu'on passe d'une personne, Lucas à une autre Ilan et on ne comprend pas trop le lien. Mais la paranoïa est présente dès le début du roman. J'ai beaucoup aimé le fait qu'on se trouve à la frontière du réel et de l'imaginaire. Cela rend l'histoire très intéressante puisque finalement, tout l'intérêt du "jeu" se passe dans l'esprit des participants.

Effectivement, le côté paranoïaque est à la base de ce thriller et c'est cela qui rend le livre tellement inquiétant. Est-ce réel ou est-ce un produit de l'imagination? Cela a de quoi donner des frissons, je trouve! L'ambiance est, depuis le début, lugubre et mêlée de mystères. De plus en plus, elle devient inquiétante jusqu'à la fin du roman.

Après, je ne suis pas super fan des thrillers, je préfère les policiers, donc c'est vrai que je ne suis pas rentrée totalement dans l'intrigue mais cela tient plus de mes goûts que du livre. Je suis aussi un peu peureuse et j'ai fait l'erreur de le lire un soir avant de me coucher et je n'aurais pas dû! Mais à part ça, c'est un bon thriller.

Pour conclure, j'ai bien aimé cette histoire pour son côté intrigue psychiatrique même s'il m'a fait un peu peur.

Rien ne s'oppose à la nuit


Ma famille incarne ce que la joie a de plus bruyant, de plus spectaculaire, l'écho inlassable des morts, et le retentissement du désastre.
Aujourd'hui je sais aussi qu'elle illustre, comme tant d'autres familles, le pouvoir de destruction du verbe, et celui du silence.
D. de V.
Mon avis:
Ce livre a été pour moi un énorme coup de cœur! Lorsque j'ai commencé à lire je ne pensais pas que ce serait à ce point-là.

Premièrement, ce que j'ai trouvé assez intéressant, c'est que l'auteur, lors de son histoire, a inclut des passages où elle parle de ses moments d'écriture. Elle parle de ses moments de doute, de fatigue, etc. Elle montre que ce n'est pas si facile que ça d'écrire une histoire de sa propre famille, cela coûte de connaitre la "vérité".

De plus, cette histoire familiale est passionnante! C'est un mélange de moments heureux et de moments tragiques. L'auteur expose ce qu'est le quotidien dans une famille nombreuse et les conséquences que ça a (mais attention! je ne parle pas des évènements tragiques de l'histoire, je parle plutôt des conséquences dans les relations qu'on les membres de la famille par exemple).

J'ai été énormément charmée par la plume de l'auteur. L'histoire se lit facilement, on rentre dedans sans problème et on se laisse entrainer dans le récit sans problème. C'est une plume très reposante qui contraste avec la "dureté" de la narration. Quand je parle de dureté, j'entends par là que c'est un récit très poignant, ce qui rend parfois la lecture difficile parce qu'elle nous submerge d'émotions très forts.

Mais j'ai trouvé que derrière ce récit fort émotionnellement, se cachait une certaine douceur. J'ai eu l'impression que l'auteur, derrière les évènements qui n'étaient pas toujours agréables, faisait un portrait doux de sa mère. J'ai eu l'impression que le récit montre l'affection qu'elle a pu avoir pour sa mère. J'ai justement beaucoup aimé le personnage de la mère, qui est vraiment attachant.

Le récit se finit en apothéose d'émotions. La fin est juste magnifique même si elle est très dur et c'est avec un pincement au cœur que j'ai reposé le livre.

Pour conclure, j'ai juste adoré ce livre pour son histoire, pour la plume de l'auteur et surtout pour le fait qu'il m'a beaucoup ému même si certains passages étaient vraiment très poignants et donc difficile à lire.

vendredi 2 septembre 2016

Swap Les Femmes


Sur Livraddict, LaurenceAuthentique a proposé un swap autour des femmes, auquel j'ai participé.
Il devait contenir:
  • deux livres issus de la wish-list du swapé
  • un livre à faire découvrir
Ces trois livres devaient être écrits par une femme et devaient remplir quatre conditions:
  1. Auteur qui a marqué son époque
  2. Personnage féminin fort, pivot de l'histoire
  3. Femme qui a marqué l'Histoire ou qui interpelle sur le rôle des femmes dans la société
  4. Auteur ni francophone, ni anglophone
Le colis contenait aussi:
  • Une surprise féminine
  • Un marque-page
  • Une gourmandise et une boisson

J'ai eu la joie de pouvoir ouvrir mon colis aujourd'hui, et voici ce que j'ai reçu:


Tout d'abord, la carte! Elle est juste magnifique et très féminine!

Maintenant, les livres!
J'ai eu de ma wish-list:
  • Tsubaki, le premier tome de Le poids des secrets d'Aki Shimazaki! Je suis super contente parce que je voulais absolument ce livre!
  • The Color Purple d'Alice Walker, que j'ai hâte de lire après avoir entendu des avis très positifs dessus!
Le livre que mon binôme a voulu me faire découvrir est La guerre n'a pas un visage de femme, qui a l'air super intéressant! Je l'avais remarqué et je suis contente de pouvoir le découvrir!

Pour la surprise, j'ai eu un magnifique petit carnet, super mignon!

 Le colis contenait trois petits colis qui contenaient du thé très fruité! Le premier est à la Fraise, le deuxième est une infusion abricot pêche goyave, et le dernier est au citron et au gingembre!
Pour les gourmandises, j'ai eu un petit bocal plein de petits gâteaux et chocolats! Il y a aussi des smarties! Je sens qu'avec tout ça, je vais me régaler!

 Le paquet contenait aussi des marques-pages très estivaux ainsi qu'un marque-page avec une citation que je trouve très juste! Il y avait aussi des marque-pages en sticker pour marquer les passages importants de mes lectures!
Finalement, voici tout ce que j'ai eu:
Un grand merci à Des livres et les mots pour ce colis, ainsi qu'à LaurenceAuthentique pour l'organisation du swap!

Pour voir l'article de ma binôme c'est par ici!