jeudi 17 août 2017

Le A to Z book tag

Le A to Z book tag est un tag que j'ai découvert sur plusieurs chaines booktube et j'avais également envie de le faire, car je le trouve très amusant!
A chaque lettre de l'alphabet correspond une "question" auquel je vais répondre.

A pour Auteur – Auteur dont tu as lu le plus de livres.

Je pensais qu'il s'agirait de J.K. Rowling avec 13 livres lu (je ne compte pas les relectures bien sûr)
Mais finalement, il a été détrôné par deux autres auteurs (plutôt jeunesses d'ailleurs)
Il s'agit de Roald Dahl avec 14 livres lus. En même temps il s'agit de mon premier auteur chouchou puisque ses livres m'accompagnent depuis la primaire.
Et le grand gagnant est Pierre Bottero avec 16 livres lus.
Il s'agit des trois auteurs "hors catégorie" pour moi, car ce sont vraiment eux qui m'ont donné la passion de la lecture et finalement c'est assez normal de les retrouver là.

B pour « Best » – La meilleure « suite » de série.

Je dirais qu'il s'agit de Le nouveau nom, le deuxième tome de la saga L'amie prodigieuse d'Elena Ferrante. J'avais bien aimé le premier tome qui nous plonge dans un Naples des années 1950 mais là, ce deuxième tome est tellement meilleure. J'ai complètement dévoré ce roman. 

C pour « Current » – Lecture en cours.


En ce moment, je lis La prière d'Audubon d'Isaka Kôtarô. Lorsque j'ai appris son existence, il m'avait beaucoup intrigué par son synopsis. Si bien que lorsque j'ai appris qu'il n'était plus édité, je me suis dépêchée de le chercher en occasion parce que je voulais absolument le lire.
Je n'en suis qu'au début mais j'espère qu'il sera aussi époustouflant que le promet la 4ème de couverture.

D pour « Drink » – La boisson qui accompagne tes lectures.

Pour accompagner mes lectures, je suis surtout thé mais aussi café et en hiver, parfois chocolat chaud. En bref, principalement des lectures chaudes.

E pour « E-book » – E-books ou romans papier ?

Je suis clairement pour les romans papier. Je lis quelques e-books (notamment les classiques tombés dans le domaine publique) mais je préfère largement les romans papier.

F pour « Fictif » – Un personnage fictif avec lequel tu serais sortie au lycée.


Euh... je ne crois pas que je serais sortie avec lui au lycée mais j'ai adoré le personnage d'Edward Miller, dans Gabrielle, le premier tome de la trilogie Le goût du bonheur de Marie Laberge. C'est plus dans sa relation avec sa femme, Gabrielle, que j'adore Edward. Il adore sa femme et angoisse à l'idée de la perdre, il a des gestes affectueux envers elle mais il la respecte, lui demande son avis (la saga se passe dans les années 1930 donc ce n'est pas très courant à cette époque), ne l'empêche pas de vivre et surtout l'encourage presque tout le temps concernant ce qu'elle décide de faire et voilà... moi je veux bien un boyfriend comme ça!

G pour « Glad » – Un roman auquel tu es contente d’avoir donné une chance.

Le livre auquel je suis contente d'avoir donné une chance c'est Vango de Timothée de Fombelle. Je n'avais pas apprécié Tobbie Lolness lorsque j'étais enfant et je n'avais pas forcément envie de lire un autre livre de cet auteur et cela aurait été une magistrale erreur parce que Vango... Il est juste magique!

H pour « Hidden » – Un roman que tu considères comme un joyau caché.


Je pense tout de suite à Adieu la peine et le plaisir de Laure Kessler. Il s'agit d'un ebook pas du tout connu mais qui est une véritable perle! C'est vraiment un livre à lire et j'ai hâte de lire d'autres livres de cet auteur si un jour elle en propose d'autres (normalement il y a un tome 2 qui fait suite à ce livre donc j'ai hâte!)

I pour « Important » – Un moment important dans ta vie de lectrice.

Des moments importants en tant que lectrice il y en a eu plein...
  • Charlie et la chocolaterie que m'a prêté mon amie, 
  • les moments de lecture dans le bus avec cette même amie, 
  • la découverte d'Harry Potter, des livres de Pierre Bottero, 
  • la redécouverte de la lecture après mes concours et l'envie de relire. 
  • tous les moments où j'ai été émue en finissant un livre
  • tous les moments où j'ai pu partagé mes déceptions, mes coups de cœur, etc. 
J pour « Juste » – Le roman que tu viens juste de finir.

Je viens de finir La loi des mâles, le quatrième tome de la superbe saga Les rois maudits de Maurice Druon. Il s'agit d'une saga historique qui commence avec le grand maitre de l'ordre des templiers qui maudit les rois jusqu'à la septième génération. Complots, trahisons, meurtres, guerres, disputes, etc. c'est juste passionnant!

K pour « Kind » – Le genre de romans que tu ne liras jamais.


Je n'aime pas dire jamais parce que je suis plutôt curieuse et qu'il m'arrive de lire des livres qui appartiennent à des genres que je n'aime pas trop. Pour l'instant je n'ai pas encore lu de bit-lit (enfin je crois) mais rien ne prouve que je n'en lirais jamais.

L pour « Long » – Le roman le plus long que tu aies jamais lu.

Question assez difficile... j'hésite entre  Les misérables ou L'intégrale des œuvres d'Edgar Allan Poe. Je suis également en train de lire L'intégrale de Sherlock Homes et les Nouvelles complètes d'Hercule Poirot, qui font également autour des 1200 pages.

M pour « Major » – Le roman qui t’a causé le plus gros « book hangover » (« trop plein » livresque – tu ne pouvais plus rien lire après ça).

C'est assez rare que je fasse des "Book hangover" mais c'est vrai qu'après, Royal assassin, le deuxième tome de The Fraseer Trilogy (en VF il s'agit de L'assassin Royal) de Robin Hoob, la reprise de la lecture a été très difficile.

N pour « Nombre » – Le nombre de bibliothèques (meubles) que tu possèdes.

Il s'agit d'une question assez difficile puisque mes livres, je les case là où je le peux. J'ai une  bibliothèque mais j'ai des livres également dans des placards et en pile sur mon bureau par faute de place. Et puis, comme je suis à cheval entre le domicile de mes parents et un studio, j'ai également quelques livres sur deux petits bibliothèques dans mon studio.

O pour « One » – Un roman que tu as lu plusieurs fois.


Oulala... j'adore relire mes livres! Il y en a tellement! Mais, pour changer des Harry Potter, je vais dire L'élégance du hérisson de Muriel Barbery, que j'ai lu 3 ou 4 fois.

P pour « Préféré » – Ton endroit préféré pour lire.

Je lis absolument partout! Dans mon lit, sur un canapé, une chaise... mais je crois que mon endroit préféré reste... par terre! Oui oui, par terre, au pied du canapé, contre mon radiateur.

Q pour « Quote » – Une citation, d’un livre que tu as lu, qui t’inspires ou qui te fait ressentir plein d’émotions.

J'ai un petit carnet où je note toutes les citations qui me touchent dans les livres donc difficile de faire un choix...
Il y a deux réponses à cette question , comme à toutes les questions. Celle du savant et celle du poète. (Ellana, Le pacte des Marchombres, Pierre Bottero)
R pour « Regret » - Un regret de Lecteur.

Mon regret est de n'avoir jamais réussi à terminer Le rouge et le noir de Stendhal. Je l'ai commencé deux fois et je l'ai abandonné deux fois... depuis je me suis détacher du livre parce que je crois que je n'aurais jamais le courage de recommencer.

S pour « Série » – Une série que tu as commencée mais jamais finie (et dont tous les livres sont sortis).

Il y en a pas mal de séries que j'ai commencé et que je ne pense jamais finir comme Night school de C.J. Daugherty, Les étoiles de Noss Head de Sophie Jomain ou Les nouvelles enquêtes du Juge Ti de Frédéric Lenormand.

T pour « Trois » – Trois de tes livres préférés de tous les temps.


Je ne vais pas parler de J.K. Rowling, Pierre Bottero ou Roald Dahl parce que pour moi ils sont hors-catégorie.
Je ne pense pas que je puisse sélectionner mes livres trois préférés (trop compliqué) donc voilà trois livres assez différents qui font parties de mes livres préférés:
    • L'incolore Tsukuru Tazaki et ses années de pèlerinage d'Haruki Murakami
    • Le cirque des rêves d'Erin Morgenstern
    • 1984 de Georges Orwell
U pour « Unapologetic » – Quelque chose pour lequel tu n’éprouves absolument aucun remords d’être fan(girl).

Je n'ai mais alors aucune honte d'afficher au grand jour mon amour inconditionnelle pour la saga Harry Potter et pour Sherlock (il y a bien sûr la série télévisée de la BBC mais je suis également une grande fan des œuvres d'Arthur Conan Doyle).

V pour « Very » – Un roman dont tu attends la sortie avec grande impatience, plus que celle des autres.

Aujourd'hui nous sommes le 17 août 2017 donc j'attends avec une énooooorme impatience Origines le prochain livre de Dan Brown, prévu pour sa version anglaise le 3 octobre 2017.

W pour « Worst » – Ta pire habitude livresque.

Ma pire habitude livresque? Vouloir lire le dernier mot du livre! Mais je me suis calmée depuis Le nouveau nom d'Elena Ferrante parce que ce dernier mot était assez important et que je m'en suis un peu mordu les doigts... Parce que oui, je veux lire le dernier mot d'un livre mais je ne veux pas me faire spoiler (la logique dans tout ça? je ne sais pas...)

X pour « X » – Commence à compter en haut à gauche de ton étagère (la plus proche) et prends le 10ème livre.

Il s'agit de La libraire des ombres de Mikkel Birkegaard que je n'ai pas encore lu mais qui m'intrigue beaucoup parce que ça parle de meurtres, de magie, de lectures... bref, j'espère passer un bon moment de lecture avec!

Y pour « Your » – Ton dernier livre acheté.


Le petit dernier de la bibliothèque c'est Le gang des rêves de Luca Di Fulvio. J'ai hâte de le lire parce que j'en ai entendu beaucoup de bien.

Z pour « ZzZ » – Le livre qui ta volé ton ZzZ (le dernier livre qui t’a tenue éveillée bien trop tard la nuit).
Cette question a deux sens... Un livre qui m'a tenu éveillée parce qu'il m'a foutu la frousse et que je n'arrivais pas à dormir? Il s'agirait de Puzzle de Franck Thilliez. Il ne fait pas vraiment peur mais j'ai quand même réussi à être réveillée en sursaut car j'étais partie dans mes rêves (étant claustrophobique, je n'ai pas trop apprécié je crois le lieu où se déroule l'intrigue).

Ou est-ce un livre qui était tellement bien que je voulais le finir avant de dormir? ça va être compliqué parce que si je suis fatiguée, je vois flou... mais Winter, le quatrième tome des Chroniques lunaires de Marissa Meyer, m'a tenu éveillée plus longtemps que prévu (c'est fou comme le temps passe vite quand on est plongé dans un livre!)

Voilà la fin de ce TAG assez sympa à réaliser!

Red Queen


Mare Barrow, dix-sept dans, tente de survivre dans une société qui la traite comme une moins que rien. Quand elle s'avère détenir des pouvoirs magiques dont elle ignorait l'existence, sa vie change de tout au tout. Enfermée dans le palais de la famille royale, promise à un prince, elle va devoir apprendre à déjouer les intrigues de la cour, à maitriser un pouvoir qui la dépasse, et à reconnaitre ses ennemis.

Mon avis:

J'ai été assez agréablement surprise par ce premier tome! Il est vrai que je n'ai pas trouvé l'histoire super originale (on en retrouve des semblables dans le domaine du young adult) mais je trouve que le sujet est assez bien traité.

Il y a eu bien sûr quelques clichés que je retrouve souvent dans le genre Young Adult. En effet, on se retrouve avec une jeune fille assez rebelle mais ordinaire qui tout d'un coup devient le centre d'attention de personnages importants et surtout... de garçons... Enfin bref, les trios amoureux n'étant pas ce que je préfère, j'avoue que cet aspect-là du roman m'a assez irritée. Heureusement, je trouve que le trio amoureux ne prend pas le dessus sur l'intrigue. Mare reste concentrée sur ses objectifs malgré ses doutes sur ses sentiments, ce que j'ai beaucoup aimé.

En parlant de l'intrigue, je la trouve assez bien menée. On a un fond dystopique qui tient la route et qui n'est pas abandonné au bout de quelques pages donc c'est super. Ce livre, avec la distinction entre les rouges et les argents, nous pousse à la réflexion concernant le racisme, la croyance qu'il existe une race supérieure à une autre.
On a vraiment une remise en question d'un système considéré comme utopique et c'est vraiment cela que j'ai adoré dans ce roman.

Après, je suis de plus en plus lassée des personnages adolescents qui sont des héros destinés à sauver le monde. Déjà c'est vu et revu comme scénario et puis, cette idée d'un héros sacrifice m'embête parce que cela veut-il dire que quelqu'un de banal, qui n'a rien d'héroïque, ne peut-il pas changer le cours des choses? Je préfère croire que tout le monde peut se battre contre des idées qui ne lui conviennent pas et qu'être exceptionnel n'est pas requis pour ce genre de combat.

Au niveau des personnages, je les ai trouvé assez complémentaires, assez différents. Mais le gros problème c'est qu'ils me semblent un peu creux... On ne les connait finalement pas beaucoup et je n'ai qu'une idée assez superficielle de qui ils sont finalement et c'est dommage de ne pas avoir approfondi les personnages, parce que j'ai eu du mal à les comprendre, à s'attacher à eux.

Pour conclure, j'ai bien aimé ce roman grâce à son fond dystopique mais les personnages ne m'ont pas convaincue.

mercredi 16 août 2017

D'après une histoire vraie



"Encore aujourd'hui, il m'est difficile d'expliquer comment notre relation s'est développée si rapidement, et de quelle manière L. a pu, en l'espace de quelques mois, occuper une place dans ma vie.
L. exerçait sur moi une véritable fascination.
L. m'étonnait, m'amusait, m'intriguait. M'intimidait. [...] L. exerçait sur moi une douce emprise, intime et troublante, dont j'ignorais la cause et la portée."

Mon avis:

Ce livre fut pour moi un énorme coup de cœur! Certes, au début j'ai eu un peu peur parce que je l'appréciais mais sans plus. Les premières pages sont très intéressantes et accrochent le lecteur mais le rythme est plutôt tranquille. Puis, petit à petit, on sent que le rythme s'accélère jusqu'à devenir insoutenable! Plus j'ai avancé dans ce récit, plus j'ai eu du mal à le lâcher ne serait-ce qu'une seule seconde parce qu'il est juste complètement addictif!

J'ai beaucoup aimé le côté psychologique de ce livre. On dirait presque un thriller psychologique sans l'être vraiment. La narratrice nous raconte son histoire "d'amitié" avec L. mais avec rétrospective. Dès le début on sait que ce récit est écrit après que l'histoire soit finie et l'auteur a eu la merveilleuse idée d'inclure dans la narration des commentaires "d'après coup" de la narratrice, si bien que dès le début on se méfie, on est toujours en alerte car on sent que quelque chose se trame et que ça sent un peu le roussi pour la narratrice. Avec ces petits commentaires, on comprend bien avant le personnage principal ce que fabrique L. et on assiste impuissant à cela! C'est frustrant mais aussi tellement excitant car on reste en haleine en attendant le déclic chez la narratrice.

Un autre point qui m'a beaucoup plu c'est la question sous-jacente concernant le vrai, la part de vérité dans un roman. Déjà dans le roman Rien ne s'oppose à la nuit se pose cette question, car il est considéré comme autobiographique. Et justement, D'après une histoire vraie fait écho à cela, et nous amène réellement à réfléchir sur ce que c'est que la vérité, la fiction et la part qu'elles occupent dans un roman. L'auteur joue avec cette notion durant tout le roman et j'ai juste adoré!

Pour conclure, j'ai adoré ce roman qui est plein de suspens et de manipulation psychologique! Le plus de ce livre est la réflexion qu'il amène concernant la part de vérité dans un livre.


mardi 15 août 2017

Zusammen ist man weniger allein


* les articles des lectures en langue étrangère sont écrites dans la langue du livre puis en français.

Philibert ist zwar ein historisches Genie, doch ween er mit Menschen spricht, gerät er ins Stottern. Camille, magersüchtig und künstlerisch begabt, arbeitet in einer Putzkolonne, und Franck schuftet als Koch in einem Feinschmeckerlokal. Er liebt Frauen, Motorädder und seine Großmutter Paulette, die keine Lust aufs Altersheim hat. 
Vier grundverschiedene Menschen in einer verrückten Pariser Wohngemeinschaft, die sich lieben, streiten und versuchen, irgendwie zurecht zu kommen.

Meine Meinung:

Ich liebe gern dieses Buch, weil er süß ist. Mir gefiel das Ton, das volle Zärtlichkeit ist. Aber es ist nicht schulzig. Tatsächlich sind die Figuren nicht klischees und oberflächlich. Es ist das Gegenteil. Sie haben Stärken und Schwächen, die sie wahr und liebenswert machen. Die Geschichte ist süß und bewegende. Ich habe eine wundervolle Zeit mit dieser Sanftheit.

Dieses Buch ist schön, weil es die Stärke von der Freundschaft zeigt. Die Geschichte dieser normalen Figuren zeigt uns die Wichtigkeit der Freunde während des Lebens. Diese Figuren beweisen uns, dass Freunde einander unterstützen, wenn jemanden fällt.

Die niedliche Seite wird von der Handschrift des Autors kontrastiert. Sie hat einen offen Stil und sie versucht nich die Realität versüßen. Die Leben der Figuren ist nicht sanfte aber es ist ebenfalls nicht vulgar. Ich finde, dass seine Schrifte ein bisschen Ehrlichkeit zu der Geschichte gibt. Und so, die Erzählung ist mehr rührend. 

 Zum Schluss, ist dieses Buch eines Teddys Buch mit vollem Ehrlichkeit. Und es ist nicht in Klichees gefallen. 

------------------------

Philibert est presque un génie historien, mais lorsqu'il parle avec les gens, il bégaie. Camille, anorexique et artiste talentueuse, travaille dans une compagnie de ménage, et Franck trime comme cuisinier dans un restaurant gastronomique. Il aime les femmes, les balades en moto et sa grand-mère Paulette, qui n'a aucune envie d'être dans une maison de retraite. 
Quatre personnes complètement différentes dans une communauté parisienne folle, qui s'aiment, se disputent et essaient de se débrouiller par n'importe quel moyen.

Mon avis:

J'aime beaucoup ce livre pour sa douceur. En fait, ce que j'ai beaucoup apprécié c'est que c'est un condensé de tendresse mais cela n'est pas non plus, ce que j'appelle "gnagnan". En effet, les personnages ne sont pas clichés et superficiels, au contraire. Ils ont des qualités et des défauts qui les rendent vrais et attachants.  L'histoire est mignonne et émouvante. J'ai passé un agréable moment de lecture avec cette petite douceur. 

Ce livre est aussi magnifique car il montre la force de l'amitié. L'histoire de ces personnes ordinaires nous montre à quel point l'amitié est importante dans une vie. Ces personnages malgré leurs différends, leurs faiblesses, leurs blessures, nous démontre que les amis se soutiennent lorsqu'ils menacent de tomber. 

Ce qui contraste un peu avec ce côté mignon, bisounours, c'est le style de l'auteur qui est assez terre à terre (même en allemand). Elle appelle un chat un chat et ne s'embête pas à essayer d'adoucir ce que la vie offre aux personnages qu'elle nous présente sans que cela fasse vulgaire. Je trouve que son style rajoute à son livre de la sincérité, du vrai, ce qui rend l'histoire encore plus touchante. 

Pour conclure, ce fut pour moi un livre doudou plein de sincérité et sans qu'il tombe dans des clichés. 

D'ailleurs, les poissons n'ont pas de pieds



«Elle est plus belle que tout ce qu’il a pu voir et rêver jusque-là, à cet instant, il ne se souvient de rien qui puisse soutenir la comparaison, sans doute devrait-il couper court à tout ça, faire preuve d’un peu de courage et de virilité, pourtant il ne fait rien, comme s’il se débattait avec un ennemi plus grand que lui, plus fort aussi, c’est insupportable, il serre à nouveau les poings, récitant inconsciemment son poème d’amour. Elle s’en rend compte et lui dit, si je dénoue mes cheveux, alors tu sauras que je suis nue sous ma robe, alors tu sauras que je t'aime.» Ari regarde le diplôme d’honneur décerné à son grand-père, le célèbre capitaine et armateur Oddur, alors que son avion entame sa descente vers l’aéroport de Keflavík. Son père lui a fait parvenir un colis plein de souvenirs qui le poussent à quitter sa maison d'édition danoise pour rentrer en Islande. Mais s’il ne le sait pas encore, c’est vers sa mémoire qu’Ari se dirige, la mémoire de ses grands-parents et de leur vie de pêcheurs du Norðfjörður, de son enfance à Keflavík, dans cette ville «qui n’existe pas», et vers le souvenir de sa mère décédée. Jón Kalman Stefánsson entremêle trois époques et trois générations qui condensent un siècle d’histoire islandaise. Lorsque Ari atterrit, il foule la terre de ses ancêtres mais aussi de ses propres enfants, une terre que Stefánsson peuple de personnages merveilleux, de figures marquées par le sel marin autant que par la lyre. Ari l’ancien poète bien sûr, mais aussi sa grand-mère Margrét, que certains déclareront démente au moment où d’autres céderont devant ses cheveux dénoués.

Mon avis:

J'ai beaucoup aimé ce livre surtout à cause du style d'écriture de Jon Kalman Stefansson. J'adore sa plume car elle est pour moi très poétique. Je trouve qu'il arrive très bien à donner à des actes de la vie quotidienne banales un caractère merveilleux, et très poétique. Il dépeint une Islande assez noire mais tout en la rendant presque magique.
J'ai été tout de suite subjuguée par cette plume mais par contre, pour moi, il y a eu un revers de la médaille. En effet, l'écriture est superbe mais il faut bien s'accrocher... Il m'arrive de penser à autre chose mais là il faut rester concentré pour ne pas perdre le fil.

Ce qui est beau dans ce roman c'est également la façon dont sont abordés les thèmes par l'auteur. J'ai adoré les descriptions de l'amertume de la vie, les remords, la nostalgie. J'ai trouvé beaucoup de profondeurs dans ce récit avec des personnages torturés mais avec de la profondeur.

Après, le fil chronologique m'a donné du fil à retordre! J'étais un peu perdue entre les différentes époques de narration. Le récit raconte l'histoire de plusieurs personnes d'une même famille et donc ce n'est pas toujours facile de faire les liens entre les histoires de l'un et de l'autre.

Et le côté un peu frustrant de ce roman c'est qu'on est plongé dans pleins de mystères mais finalement à la fin du roman, on n'en sait pas beaucoup plus. Mais pas de panique parce qu'en ayant fini ce livre, j'ai appris qu'il y aurait une suite!

Pour conclure, j'ai beaucoup aimé la poésie de ce roman et ces personnages torturés mais j'ai du rester accroché pour ne pas perdre le fil.

lundi 14 août 2017

Histoires de fantômes






Maisons et bateaux hantés, visions d'horreur dans le métro, revenants antiquaires ou balayeurs de feuilles mortes. Venez chercher le grand frisson dans ces dix histoires inoubliables, minutieusement sélectionnées par Roald Dahl. Attention, un fantôme se promène peut-être tout près de vous... En 1958, Roald Dahl a lu 749 histoires de fantômes avant de parvenir à sélectionner les meilleures d'entre elles qui figurent aujourd'hui dans ce recueil.

Mon avis:

Ce qui est assez sympathique dans ce recueil de nouvelles c'est que, comme l'indique le synopsis, Roald Dahl a épluché un bon nombre de nouvelles et en a retenu que très peu mais elles sont très variées! On se retrouve dans des maisons hantés, dans des bateaux mystérieux, des boutiques froides, etc. C'est assez divertissant car aucune de ces nouvelles ressemble à une autre.

Ce que j'ai assez apprécié dans ces nouvelles est que l'atmosphère est assez angoissante. On se sent mal à l'aise et pas toujours très rassuré face aux évènements qui se produisent. En tant que lecteur, je trouve qu'on est bien immergé dans les histoires si bien qu'on ressent un peu l'effroi des narrateurs. Mais d'un autre côté, cela ne fait pas très peur. Les histoires ne nous permettent pas forcément d'être complètement détendu mais elles ne sont pas du tout effrayante. Donc cela me convient parfaitement!

Après, certains de ces récits sont assez anciens et j'ai parfois eu besoin d'un petit temps pour m'habituer au style de chaque auteur... D'une certaine façon, c'est un peu dommage, parce que les nouvelles sont assez courtes.

Pour conclure, j'ai bien aimé le côté angoissant enfantin mais le style de certaines nouvelles ne m'a pas permise de rentrer dès le début dans le récit.

mercredi 2 août 2017

Swap Rendez-vous en terre inconnue

J'ai participé au swap Rendez vous en terre inconnue organisé par Dea Blackbird sur Livraddict.
Il s'agit d'un swap où il faut emmener son binôme dans un pays qu'il ne connait pas mais sans qu'il sache la destination avant d'ouvrir son colis.

Le colis devait contenir:

  • Un livre
  • Un marque-page
  • Une surprise et/ou une gourmandise en lien avec la destination choisie
  • Une carte avec un petit mot
Mon binôme pour ce swap, Dea Blackbird, m'a super gâtée:


Tout d'abord, la petite carte, qui est juste magnifique! Elle me donne des indices sur la destination (dans ce pays, le paon est sacré) mais je ne sais toujours pas où cela est même si je commence à cibler la destination en Asie.



Avec ce premier livre, j'ai compris où j'avais atterri... au bord du Gange! Donc l'Inde!
Je ne connais pas du tout ce livre mais j'ai hâte de le lire!









En ce qui concerne la surprise... j'ai juste adorée! Déjà, je suis super impressionnée par l'emballage... comment a-t-elle trouvé un journal comme cela ? (je ne reconnais pas l'écriture sur ce journal mais je suppose qu'il s'agit de Sanskrit)
Dedans, j'ai trouvé un bracelet très mignon, bleu et argent!
Et puis j'ai également reçu un super savon qui sent trop trop bon (je suis complètement fan de cette odeur!)





Alors là ma binôme a fait super fort! Déjà parce qu'il s'agit d'un second livre! Mais aussi parce que je lui avais dit qu'un de mes héros était Nelson Mandela et qu'elle a réussi à trouver un livre qui parle de Gandhi et de l'Afrique du Sud!
J'ai super hâte de le lire!








Pour le marque-page, elle m'en a offert un avec de magnifiques pinceaux de calligraphie.










Pour les gourmandises, elle m'a offert des bonbons en gingembre et des m&m's (au cas où) mais comme j'aime le gingembre, je pense que je vais apprécier ces petites sucreries









Avec ces gourmandises sucrées, j'ai également reçu une gourmandise salée: des épices pour faire du poulet Tikka Massala. J'adore manger épicé donc je pense que je vais me régaler avec!










Voilà l'ensemble de ce magnifique colis:

Encore un grand merci à Dea Blackbird pour ce colis! Il m'a vraiment fait voyager!

mardi 1 août 2017

Lire Lolita à Téhéran




* J'ai lu ce livre à l'occasion du book club féministe "Une chambre à nous" créé par Les carnets d'Opalyne et Tête de Litote

Après avoir dû démissionner de l'Université de Téhéran sous la pression des autorités iraniennes, Azar Nafisi a réuni chez elle clandestinement pendant près de deux ans sept de ses étudiantes pour découvrir de grandes œuvres de la littérature occidentale. Certaines de ces jeunes filles étaient issues de familles conservatrices et religieuses, d'autres venaient de milieux progressistes et laïcs ; plusieurs avaient même fait de la prison. Cette expérience unique leur a permis à toutes, grâce à la lecture de Lolita de Nabokov ou de Gatsby le Magnifique de Scott Fitzgerald, de remettre en question la situation " révolutionnaire " de leur pays et de mesurer la primauté de l'imagination sur la privation de liberté. Ce livre magnifique, souvent poignant, est le portrait brut et déchirant de la révolution islamique en Iran.

Mon avis:

J'ai beaucoup aimé ce livre notamment pour les liens faits entre fiction et réalité. Déjà, sans parler des œuvres étudiées, j'ai trouvé qu'il y avait une résonance énorme avec La servante écarlate de Margaret Atwood, où même si ce n'est pas exactement la même chose, on passe d'une démocratie à une société qui est très autoritaire avec les femmes et qui leur enlève leur liberté et leur égalité face à leurs concitoyens masculins. Ces deux œuvres nous montrent que les droits des femmes ne sont pas forcément gravés dans la pierre et tenus pour acquis partout et que cela peut changer... Mais le livre de Azar Nafisi est encore plus marquant concernant cela car il raconte ce qu'il s'est passé en Iran, ce n'est pas de la fiction.

J'ai également adoré dans ce livre les analyses littéraires faites par l'auteur et les étudiants concernant les grands classiques anglo-saxons. Elles sont certes parfois trop longues mais je trouve qu'elles font très bien écho à ce qui se passe en Iran. L'auteur fait des ponts entre la fiction et la réalité. A travers ses analyses, elle nous parle également de la situation en Iran. 
Ce que j'ai aussi aimé, comme nous le rapporte l'auteur, c'est qu'ils étudient des textes anglo-saxons dans un pays où on scande "A mort les Etats-Unis!". Ce qui est vraiment ironique, car finalement Azar Nafisi nous montre que les fictions américaines ou britanniques ne sont pas si éloignées des problèmes quotidiens des iraniens.

Ce que j'ai aussi bien apprécié c'est que l'auteur ne nous parle pas que du séminaire qu'elle anime le jeudi matin avec quelques étudiantes mais elle parle aussi de son poste à l'université et de l'évolution qu'elle a pu voir lors de la révolution sur le prisme de l'université et de ses cours. 
J'ai bien aimé voir les différents groupes d'étudiants, leurs réactions face aux textes présentés lors des cours d'Azar Nafisi selon leurs convictions religieuses ou politiques.

Pour conclure, j'ai beaucoup aimé ce livre pour le pont qui est fait entre les œuvres littéraires et la réalité. 

Chinoises


* J'ai lu ce livre à l'occasion du book club féministe "Une chambre à nous" créé par Les carnets d'Opalyne et Tête de Litote

Un dicton chinois prétend que " dans chaque famille il y a un livre qu'il vaut mieux ne pas lire à haute voix ". Une femme a rompu le silence. Durant huit années, de 1989 à 1997, Xinran a présenté chaque nuit à la radio chinoise une émission au cours de laquelle elle invitait les femmes à parler d'elles-mêmes, sans tabou. Elle a rencontré des centaines d'entre elles. Avec compassion elle les a écoutées se raconter et lui confier leurs secrets enfouis au plus profond d'elles-mêmes. Epouses de hauts dirigeants du Parti ou paysannes du fin fond de la Chine, elles disent leurs souffrances incroyables : mariages forcés, viols, familles décimées, pauvreté ou folie... Mais elles parlent aussi d'amour. Elles disent aussi comment, en dépit des épreuves, en dépit du chaos politique, elles chérissent et nourrissent ce qui leur reste. 

Mon avis:

Ce livre m'a énormément marqué par la cruauté de ses récits. J'ai trouvé que les histoires étaient très violentes (entre viol et mariage forcé), si horribles qu'il faut se remémorer que non ce n'est pas de la fiction mais qu'il s'agit de la réalité. Je crois que savoir que se sont des témoignages et non pas des récits inventés cela rend ce livre encore plus extraordinaire parce qu'en tant que jeune occidentale du 21ème siècle, j'ai du mal à me dire qu'il y a à peine quelques décennies, cela s'est réellement passé. 

Il est effectivement difficile de croire qu'il y a peu de temps, on pouvait considérer la femme de cette façon. Ce livre est très marquant car tout au long de ma découverte de ses témoignages, j'ai vu une vision de la femme assez choquante, puisqu'elle est considérée souvent comme un objet. Elle est réduite à l'utilité d'un objet dans pas mal de récits et on peut se demander si leur statut d'humain est respecté (parce qu'entre mariage forcé, humiliations, etc.). 

Mais ce qui m'a plu dans ce roman c'est que malgré sa cruauté, il reste un roman fort en émotion. Je l'ai trouvé très poignant parce qu'on a donné la parole à ces femmes, qu'au delà des récits, on voit également le travail de réflexion qu'a eu l'auteur vis à vis des témoignages qu'elle a reçue. Je ne pense pas que cette lecture puisse laisser indemne, en tout cas pour moi ce n'a pas été le cas!

Un autre point que j'ai trouvé intéressant dans ce roman c'est le travail de journaliste sous le parti chinois. On y aborde également la censure et la bataille dans laquelle a dû s'engager Xinran pour créer son émission. 

Et puis la dernière histoire m'a beaucoup fait réfléchir. Les autres également, mais celle-ci encore plus. En effet, la dernière histoire de ce livre raconte une histoire qui pourrait nous paraître choquante mais où la question du bonheur est abordé sérieusement (ce n'est pas pour contraster encore plus la condition de ces femmes). 

Pour conclure j'ai beaucoup aimé ce livre malgré la cruauté des témoignages mais justement parce que ces histoires sont vraies. 


mercredi 26 juillet 2017

Swap A la découverte des pays nordiques

J'ai participé au swap A la découverte des pays nordiques, organisé par Pink-Lady45 sur Livraddict. Il s'agissait donc d'un swap sur les pays scandinaves, c'est à dire, l'Islande, la Suède, la Norvège, la Finlande et le Danemark.

J'ai choisi la formule 2, qui devait contenir:
  • deux livres
  • deux surprises
  • une boisson et une gourmandise
  • une carte
Voilà ce que m'a envoyé mon binôme mamzelleRobyn





 Tout d'abord la petite carte, trop mimi avec ce petit ours fait main









Pour les livres, elle a choisi:
  • Le meurtre de Roger Ackroyd d'Agatha Christie. 
J'avoue que ce livre m'a un peu laissé perplexe... je n'ai pas compris le lien avec les pays nordiques... c'est plus britannique à mon goût mais bon je suis une fan d'Hercule Poirot donc je sens que je vais me régaler avec ce livre!
  • La véritable histoire de Noël de Marko Leino.
J'ai découvert ce livre autour de Noël l'année dernière et j'avais beaucoup aimé le principe d'un chapitre par jour en guise de Calendrier de l'Avent donc j'ai hâte d'être en décembre pour le lire. 

Pour accompagner mes lectures, elle m'a également fait un petit marque-page.


Ensuite, au niveau des gourmandises:



 Elle m'a offert un chocolat à tremper dans du lait chaud pour faire un chocolat chaud donc ce sera idéal pour cet hiver!








On a eu la même idée pour la gourmandise! Ce sont des galettes suédoises, faites à partir de flocons d'avoine et tout simplement j'adore ça!




Pour les surprises, elle m'avait prévenue qu'elle allait utiliser ses petits doigts de fée pour les confectionner

J'ai complètement fondue pour cette petite tasse (de café? chocolat?)! Elle est juste trop trop trop mignonne!

Et puis un grand bravo à mamzelleRobyn pour la confection de cette petite tasse! Je suis super impressionnée



Et puis elle m'a fait cette petite écharpe-tube (je ne sais pas comment cela s'appelle) qui rappelle les couleurs du livre et du marque-page.
Elle est toute douce donc j'aime beaucoup.

Voilà la globalité du colis:







Encore un grand merci à MamzelleRobyn pour son colis.
Et merci à Pink-Lady45 pour l'organisation de ce swap.